Rencontre avec... Alexandre Gautier, directeur des opérations post-marché à la Banque de France

« Il est possible de modifier le panier de titres 14 fois par jour »

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Quels sont les objectifs de ce projet mené par les banques, Euroclear France, LCH.Clearnet SA et la Banque de France ?

D’abord conforter la place de Paris dans les opérations de repo tripartites en proposant une alternative au dispositif déjà opérant à Francfort via Clearstream. Ensuite, sécuriser les transactions et renforcer la stabilité financière en développant l’étanchéité entre les différents acteurs du marché, d’où l’interposition possible de la chambre de compensation LCH.Clearnet SA dans les opérations de repo tripartite. Enfin, établir une passerelle avec la Banque centrale pour permettre un refinancement des titres dédiés aux opérations de repo tripartites lorsqu’ils sont éligibles.

Quels développements informatiques ce projet a-t-il impliqué ?

La mise en œuvre de cette première phase du projet a nécessité environ six mois de travail. Il a fallu adapter la plate-forme 3G de gestion du collateral (dépôts de garantie, NDLR), développée en 2008. C’est la société Vermeg, basée a Tunis, qui s’en est chargé. Un nouveau cycle de transaction avec la prise en compte des 14 routines quotidiennes permises par la plate-forme d’Euroclear France a été mis en place. De nouveaux messages Swift ont été implémentés pour intégrer les flux de requêtes des contreparties. Enfin, nous avons procédé à la mise à niveau du poste de travail des trésoriers de banque pour faire apparaître et prendre en compte le pouvoir d’achat additionnel issu des titres du pool de collateral tripartie refinancé auprès de l’Eurosystème via la Banque de France.

Les banques françaises sont-elles demandeuses ?

Oui, mais à deux conditions. D’une part que les transactions soient garanties par une chambre de compensation, ce qui sera effectif en juin 2012. D’autre part, que l’univers de titres éligibles au repo tripartite par Euroclear France soit équivalent à celui d’Euroclear Bank. Celui-ci a développé un réseau de liens avec des dépositaires centraux, par exemple Monte-Titoli en Italie, lui permettant de proposer tous les titres référencés directement en Euroclear Bank, plus tous les titres référencés chez des dépositaires centraux nationaux (CSD). Euroclear France ne dispose pas encore du même réseau de liens.

A lire aussi