HIGH YIELD JPMorgan, BoA et Credit Suisse dominent le marché primaire

le 31/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Un marché record

Le classement des banques teneurs de livres sur les émissions d’obligations à haut rendement (high yield bonds) réalisé par Thomson Reuters pour L’Agefi Hebdo fait apparaître, sur douze mois au 28 février, un marché en progression de 68 % sur la période précédente avec 342 milliards de dollars comptabilisés via 687 émissions. Après agrégation des chiffres, JPMorgan arrive en tête au niveau mondial juste devant BoA et Credit Suisse. BoA, qui a aussi réalisé le plus d’émissions (288), domine un marché américain qui a redémarré encore plus fort (+175 %) et reste de loin le plus important (205 milliards), touchant également beaucoup plus souvent, grâce à cette profondeur, le segment des plus petites sociétés notées CCC.

Credit Suisse en Europe

Credit Suisse passe devant Deutsche Bank (plus actif en nombre avec 54 émissions contre 33) sur un marché européen qui progresse de 51 % en valeur à 80 milliards de dollars, et de 97 % en volume avec 124 émissions. Signe que celles-ci, après avoir concerné de grosses signatures et des sociétés dégradées en catégorie « spéculative », ont touché de nouveaux émetteurs s’adressant notamment aux investisseurs spécialisés (lire page 35). La banque suisse a notamment participé aux émissions de Wind, Reynolds, Ardagh Packaging, Ziggo, Case New Holland, Intelsat... Parmi les autres transactions de taille sur le Vieux Continent notons Conti Gummi, Pernord Ricard, Sunrise ou Convatec Healthcare. BNP Paribas, quatrième, progresse sensiblement sur ce marché.

Le Royaume-Uni (dominé par Barclays) reste le pays le plus actif (presque stable à 14,6 milliards), avec même désormais des émissions en livres (comme Priory pour 600 millions en mars). Et le marché français (dominé par CA CIB et BNP Paribas) a aussi triplé de taille (avec près de 13 milliards en 21 émissions), même si c’est encore avec de nombreux fallen angels comme PSA ou Renault. Enfin, un marché asiatique, multiplié par 6 en douze mois (avec près de 19 milliards de dollars), est en train de naître, au bénéfice de banques comme JPMorgan ou Deutsche Bank, pour des sociétés par nature moins endettées.

A lire aussi