Guerre des nerfs entre Nasdaq OMX et Nyse Euronext

le 28/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Bataille. Dans l’attente des résultats trimestriels de Nyse Euronext, prévus pour le 3 mai, Nasdaq OMX affiche une santé insolente. Au premier trimestre, la Bourse américaine a dégagé un bénéfice net en hausse de 70 % sur un an, mais Robert Greifeld, son PDG, ne saurait s’en contenter. L’enjeu se situe ailleurs, et plus précisément dans sa volonté de s’emparer de son concurrent Nyse Euronext. Afin de s’attirer les faveurs des actionnaires de la Bourse transatlantique et obtenir l’ouverture de pourparlers avec son conseil d’administration, Nasdaq OMX et son partenaire IntercontinentalExchange (ICE) ont dû revoir leur copie, prévoyant désormais une indemnité de rupture de 350 millions de dollars en cas de blocage de l’opération par l’antitrust américain. En vain. 48 heures après cette nouvelle proposition, le conseil d’administration de Nyse Euronext a de nouveau éconduit à l’unanimité les deux prétendants, malgré une offre supérieure de 15 % à celle de Deutsche Börse. Le bras de fer devrait encore se poursuivre, Nasdaq et ICE n’étant « pas dissuadés » par cette décision.

A lire aussi