Le grand mercato des opérateurs boursiers s’accélère

le 10/01/2013 L'AGEFI Hebdo

Fusion. La recomposition du secteur boursier se poursuit et s’accélère. En vue de faire face à la montée en puissance de leurs concurrents asiatiques, tels que Singapour ou Hong Kong, les opérateurs japonais de Tokyo (TSE) et Osaka (OSE) ont fusionné début janvier. Le nouvel acteur, baptisé Japan Exchange Group, gère quelque 2.800 milliards d’euros de titres cotés. Avec une capitalisation boursière de 2,5 milliards d’euros, il se classe en huitième position à l’échelle mondiale, loin derrière le mastodonte Hong Kong Stock Exchange. Ce rapprochement se révèle en outre complémentaire, TSE concentrant quelque 90 % des échanges d’actions japonaises et OSE étant spécialisé dans les dérivés. Cette fusion intervient suite à l’annonce, fin 2012, du projet de rachat de Nyse Euronext (fruit de la fusion entre Nyse et Euronext en 2007) par l’opérateur américain IntercontinentalExchange (Ice). S’il se concrétise, celui-ci donnerait lieu à un nouveau remaniement du secteur. Ice entend en effet se séparer de la branche européenne Euronext (Amsterdam, Bruxelles, Paris et Lisbonne) en l’introduisant en Bourse pour ne conserver que le Nyse et le marché à terme londonien Liffe. Des actionnaires, parmi lesquels le fonds de pension américain New Jersey Carpenters Pension Fund, se sont toutefois opposés au rapprochement souhaité par Ice. Par le passé, de nombreuses opérations n’ont pu se concrétiser, à l’image de la tentative de fusion entre les Bourses de Singapour et Sydney ou du rapprochement avorté entre Nyse Euronext et Deutsche Börse. Ice, associé au Nasdaq OMX, s’était d’ailleurs à l’époque déjà intéressé, en vain, à sa cible actuelle.

A lire aussi