FONDS INFRASTRUCTURES - Record pour Global Infrastructure Partners

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Les levées repartent

Les levées de fonds en capital d’infrastructures ont regagné 23 % à 22 milliards de dollars en 2012, selon le cabinet Preqin, et ce malgré un nombre de véhicules bouclés en baisse (29 contre 37 en 2011). L’américain Global Infrastructure Partners a levé son deuxième fonds à hauteur de 8,25 milliards de dollars, ce qui en fait un record pour l’année (avec 36 % du total) et même un record absolu quand il ne visait que 5 milliards à son lancement ! Les américains Highstar Capital et EnCap Flatrock Midstream ont aussi bouclé d’importants fonds. En souhaitant éviter les sujets liés au change, le français Meridiam a bouclé un véhicule de 950 millions d’euros en avril (Meridiam Europe II), puis un autre de 1,05 milliard de dollars (Meridiam North America II) en octobre.

Si la dette infrastructures fait l’objet de nombreuses initiatives (L’Agefi Hebdo du 7 février), celles-ci restent davantage orientées vers les partenariats entre banques et institutionnels ou la gestion de mandats/fonds dédiés. Du coup, les levées de fonds multi-investisseurs restent assez peu nombreuses (8 en 2012 et 4 en 2011, pour un total de 7,4 milliards de dollars cumulés), notamment en Europe où les assureurs ont pris le temps de mesurer les risques/coûts avec Solvabilité 2. Preqin souligne la levée spécifique de Carlyle pour de la dette mezzanine dans les infrastructures d’énergie aux Etats-Unis.

Nombreux défis pour 2013

Aujourd’hui, 139 fonds sont encore « sur la route » au niveau mondial, 123 fonds d’equityet 16 fonds de dette, selon le cabinet, ciblant un total de 84 milliards de dollars (74 + 10). Environ la moitié de ces gérants ont signé un closingintermédiaire pour commencer à investir ces nouveaux véhicules représentant pour l’instant 23 milliards. Parmi les principaux acteurs, on trouve l’américain Alinda Global Core Infrastructure Fund, ou encore Morgan Stanley Infrastructure. Malgré un environnement défavorable, 78 % des investisseurs interrogés par Preqin souhaitent encore investir dans les infrastructures dans les prochains mois.

A lire aussi