FONDS INFRASTRUCTURES Des levées provisoirement en léger repli

le 13/10/2011 L'AGEFI Hebdo

First Reserve et Macquarie en tête

Les levées de fonds d’infrastructures sont en léger repli, selon ce classement proposé par le cabinet spécialisé Preqin. Ce dernier constate un ralentissement par rapport à l’an dernier, tant en nombre de fonds, avec seulement 17 véhicules bouclés au niveau mondial (contre 40 en 2010 et 19 en 2009) qu’en montants levés avec 7,7 milliards de dollars en tout (contre 31,8 en 2010 et 8,6 en 2009). Parmi les principales opérations, on trouve le gérant américain First Reserve Corp. (avec 1,2 milliard de dollars dédiés aux infrastructures dans l’énergie), l’australien Macquarie (avec son fonds spécialisé sur l’Inde et celui consacré aux autres membres du Commonwealth), et le brésilien Patria Investimentos. On reste loin cependant des levées records de 2009 et 2010 avec Global Infrastructure Partners (5,6 milliards de dollars) et Energy Capital Partners II (4,3 milliards de dollars). « Mais le momentum n’est pas si mauvais, estime Elliot Bradbrook, manager infrastructure chez Preqin, avec 30 fonds qui ont réalisé un ‘closing’ intermédiaire lors des neuf premiers mois, levant déjà 11,4 milliards de dollars. » Ce montant n’est pas pris en compte avant les closingsdéfinitifs, sachant que, d’après Preqin, 136 fonds sont encore « sur la route », ciblant plus de 95 milliards de dollars en tout. Si la durée moyenne des levées s’allonge, ces fonds nouveaux ciblent des investisseurs qui semblent de plus en plus attirés par ce genre d’actifs de long terme.

Nouvelles levées de fonds de dette

Les levées se poursuivent également pour les fonds dédiés à la dette infrastructure. Ces derniers pourraient bien servir de substitut au moins partiel aux banques, via des prêts (sauf dans certains pays soumis au monopole bancaire comme la France) ou des obligations. Le dernier fonds bouclé a été celui de WestBourne Capital (1 milliard de dollars australiens), mais d’autres levées, plus importantes, ont été lancées avec Aviva Investors (Hadrian’s Wall), Hastings, Sequoia, Cordiant ou même Barclays Infrastructure.

A lire aussi