La filiale française maintient son cap

le 03/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Philippe Tibi assure ne pas connaître l’impact du plan stratégique d’UBS sur la branche française qu’il préside. « Nos ambitions n’ont pas changé, dit-il. Nous avons toujours une stratégie de banque intégrée en France, comme dans le reste du groupe, avec cinq métiers : la gestion de fortune, la gestion d’actifs, les ventes actions et FICC (taux et change, NDLR) et l’investment banking (banque d’affaire, NDLR). »  UBS assure que ses effectifs sont restés « quasi-stables » à Paris depuis l’an dernier, à 450 personnes. « Nous nous sommes renforcés dans l’activité de forex (devises) où nous avons depuis cette année quatre personnes basées à Paris », pointe Philippe Tibi. La banque privée compte officiellement toujours 10 milliards d’euros d’actifs, malgré une collecte nulle cette année, tandis que la gestion d’actifs de CCR Asset Management affiche seulement 6,9 milliards d’encours à fin septembre, après 700 millions de sorties de capitaux. La banque d’investissement et les activités de marché ont quant à elles connu des départs naturels, le dernier de taille étant celui, début août, de Charles-Henri Le Bret, coresponsable de la banque d’affaires.

A lire aussi