L'avis de... Jacques Bouyssarie, associé fondateur de Fitex Consulting, spécialisé dans la gestion des données de marché

« La facture globale gonfle »

le 16/12/2010 L'AGEFI Hebdo

Quelle est la conjoncture sur le marché des données de marché ?

En 2010, nous sommes dans la ligne des années précédentes. Les gérants d’actifs en consomment de plus en plus et les coûts augmentent. Leur maîtrise est donc de plus en plus recherchée. Les grands établissements se sont organisés et c’est maintenant le tour des acteurs de taille moyenne. Certains gèrent encore cela avec des tableurs Excel. Ils sont en phase de réflexion pour s’outiller ou sous-traiter la prestation, consistant à contrôler la facturation et les allocations de coûts en interne. Mais il n’y a pas encore de ligne « données de marché » dans leurs comptes d’exploitation et le recours à l’externalisation est encore très faible, même si les offres existent. Deux freins à cette externalisation : premièrement, l’ampleur du problème est encore mal perçue, les informaticiens s’occupent de l’alimentation des systèmes d’information en données de marché mais ne contrôlent pas leur utilisation. Ensuite, les compétences manquent.

Pourtant, les factures gonflent, comment ne pas s’en rendre compte ?

Au sein des équipes de gestion, si les traders voyaient leurs bonus calculés sur leurs marges, intégrant les données de marché consommées à un niveau individuel, ils seraient plus sensibilisés au problème. Mais si les coûts des données de marché sont dans un pot commun, c’est l’indifférence. En revanche, la facture globale gonfle. Car les fournisseurs augmentent régulièrement leurs prix, et certaines données qui étaient gratuites deviennent payantes. Par exemple, certains fournisseurs ne faisaient pas payer les données en différé. Désormais, ils ne proposent plus que des données temps réel, payantes.

Comment les fournisseurs de données vérifient-ils leur utilisation ?

Ils pratiquent des audits, posent des questions, vérifient et, le cas échéant, redressent. Tout n’est pas forcément traçable, mais il faut déclarer tout ce qui est utilisé.

A lire aussi