Equistone Partners Europe dans une nouvelle phase d’investissements

le 02/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Levée d’un quatrième fonds, rachat de Meilleurtaux, départ de son fondateur, l’ex-Barclays Private Equity ouvre le second chapitre de son histoire.

Equistone Partners Europe est revenue sur le devant de la scène avec l’acquisition du courtier Meilleurtaux.com auprès de BPCE, le 16 avril. La société d’investissement avait déjà alimenté la chronique en 2011, les équipes de Barclays Private Equity (BPE) lui ayant alors donné naissance en prenant leur indépendance. Et elle devrait encore faire parler d’elle lorsque le président de son conseil de surveillance, Gonzague de Blignières, fondateur de BPE France en 1992, la quittera pour créer un fonds et une fondation, aux côtés notamment de Clara Gaymard, présidente de General Electric France. Confirmant l’information de L’Agefi Quotidien du 11 mars, Guillaume Jacqueau, managing partner d’Equistone Partners Europe et président de sa branche française, rappelle toutefois que « Gonzague de Blignières s’est progressivement retiré, au cours des dernières années, des fonctions opérationnelles mais conserve jusqu’à fin 2013 son poste au conseil de surveillance. Son départ, préparé de longue date, ne changera pas fondamentalement la gouvernance, ni la structure du capital équitablement réparti entre les 35 membres de l’équipe d’investisseurs (pour 58 collaborateurs, NDLR) et nos trois branches : France, Royaume-Uni et Allemagne. Notre modèle repose sur un véritable 'partnership' ».

Tout en bénéficiant de l’historique que lui procurent ses racines au sein de Barclays, Equistone Partners Europe tourne une page. BPE I (2002), II (2005) et III (2007) étant intégralement investis, la société indépendante, qui en a conservé la gestion, a levé 1,5 milliard d’euros pour son tout premier fonds sans contribution du groupe britannique. « Le premier 'closing' d’Epef IV remonte à notre prise d’indépendance, en novembre 2011, explique Guillaume Jacqueau. Partir d’une feuille blanche, alors que Barclays abondait auparavant nos fonds à hauteur de 25 % à 50 %, était un défi ambitieux, mais réussi. Pour le 'closing' final, le 21 janvier, nous avons convaincu 42 investisseurs : des fonds de fonds, des gérants d’actifs, des 'family offices', des compagnies d’assurances et des fonds souverains, à 47 % non européens. » La société peut ainsi se concentrer sur les rachats d’entreprises valorisées entre 50 et 300 millions d'euros - françaises, allemandes, britanniques et suisses -, avec des investissements de 25 millions à 125 millions d’euros en fonds propres.

Plus de 100 opérations en France

Epef IV est d’ores et déjà investi à 35 %. Le premier investissement du fonds IV est allé vers un groupe pharmaceutique, Unither, fin 2011. L’an dernier, il n’y a pas eu de nouvel investissement en France, où le marché « était complexe. 2013 sera une année plus active, mais les financements restent relativement difficiles à obtenir. Dans tous les cas, le management est associé à l’opération, précise Guillaume Jacqueau. Cette année, nous avons pris une participation majoritaire dans le groupe Bretèche Industrie, spécialiste des équipements pour la boulangerie industrielle, l’industrie fromagère et le secteur pharmaceutique. Quant à Meilleurtaux, nous l’avons choisi notamment car nous estimons que le recours aux courtiers, aujourd’hui limité à 20 % pour les crédits immobiliers, est amené à croître en France. Avec sa forte notoriété et ses 170 agences désormais toutes franchisées, la société a les moyens d’étendre son offre et son réseau de 20 points de vente par an. En 2012, la société a retrouvé des résultats positifs : 1,5 million d’euros (contre un résultat net négatif de 24,5 millions en 2011, NDLR). » Equistone a aussi cédé le contrôle de Parkeon au mezzaneur ICG. Il a enfin restructuré la dette et réinjecté de l’argent frais dans Desmet Ballestra.

L’an dernier, c’est hors de France qu’Equistone Partners Europe a réalisé ses sept investissements: « Notre fonds Equistone IV nous a permis d’entrer entre autres au capital d’Audley Travel, spécialiste du voyage haut de gamme au Royaume-Uni, et à celui d’EuroAvionics, expert en système de navigation pour les hélicoptères et avions, ou du groupe Sunrise Medical, leader mondial dans le secteur de l’équipement pour les personnes à mobilité réduite, en Allemagne, indique le managing partner. Nous avons aussi réalisé six cessions sur les fonds précédents. » La société devrait continuer sur sa lancée dans les trois à cinq ans qui viennent. « Sur la durée, notre modèle est équilibré en termes de niveaux d’investissements et de performances entre la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne », estime Guillaume Jacqueau. 

A lire aussi