Les entreprises sevrées de crédit en zone euro

le 12/09/2013 L'AGEFI Hebdo

L'œuf et la poule.

A l'approche des « stress tests » de l'Autorité bancaire européenne (EBA) et de la revue des actifs bancaires de la Banque centrale européenne (BCE), nombre d'économistes débattent de la question de savoir si la pénurie de crédit aux entreprises en zone euro, plus particulièrement dans les pays périphériques, provient de l'assèchement de l'offre (de la politique et de la mauvaise santé des banques) ou de l'absence de demande (des entreprises sans projets et sans besoins). En juillet, la masse monétaire M3 montrait une faible progression sur un an de 2,2 %, bien en deçà des standards de la banque centrale, et les crédits aux entreprises baissaient de 21 milliards d'euros. Les pays du Sud sont les plus affectés. Reste qu'en France, l'encours des crédits à l'investissement ne progresse plus et celui des crédits de trésorerie baisse régulièrement depuis maintenant 18 mois. Les économistes de Goldman Sachs viennent de prendre position pour la thèse « politiquement correcte » : selon eux, la faiblesse des crédits bancaires aux entreprises en zone euro est plus due à la faiblesse du cycle conjoncturel en périphérie qu'à un choc d'offre induit par un dysfonctionnement du secteur bancaire.

A lire aussi