Emissions obligataires - JPMorgan reste numéro un

le 08/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Les banques américaines en tête

Avec des montants et des volumes d’opérations analogues à ceux qui prévalaient en 2010, les banques américaines ont creusé leur avance, JPMorgan restant arrimée en haut du classement, notamment grâce aux émissions bancaires, dont deux d’un montant de 5 milliards de dollars chacune par Rabobank.

Repli domestique

La tendance des acteurs à se focaliser sur leur marché domestique perdure, et HSBC, numéro deux en Asie, confirme son ancrage dans la région. Une position d’autant plus remarquable que le groupe n’apparaît pas parmi les arrangeurs des plus grosses transactions, émanant notamment de banques comme ICBC (8 milliards de dollars) ou Agricultural Bank of China (7,7 milliards de dollars). En fait, le groupe obtient la deuxième place en accumulant les mandats (209 sur l’année), alors que Citic lui ravit la première place en dirigeant seulement 39 émissions.

BNP Paribas en Europe

La banque confirme sa prééminence, talonnée par Deutsche Bank, dans cette région où les émetteurs financiers ont là encore représenté les plus gros montants. En même temps, les émissions d’entreprises non financières ont été nombreuses, compte tenu de la désintermédiation en perspective avec Bâle III et les groupes français se sont montrés actifs, BNP Paribas remportant des mandats auprès d’Areva (500 millions), Peugeot SA (500 millions) ou Vallourec (650 millions). A noter, depuis le début 2012, une activité obligataire particulièrement intense après un rythme moins soutenu dans la seconde partie de 2011 : fin février 2012, les opérations - Ineos Finance pour 8,4 milliards d’euros, Pernod Ricard pour 5,5 milliards… - étaient en croissance de 83 % par rapport à la même période un an plus tôt, totalisant l’équivalent de 75 milliards de dollars. Société Générale se classait en tête ces dernières semaines, parmi les arrangeurs, venant par exemple de conseiller UBS pour une émission de titres hybrides selon Bâle III de 2 milliards ou encore, pour un même montant, Deutsche Telekom…

A lire aussi