EMISSIONS DES FINANCIERES JPMorgan reste le premier teneur de livres mondial

le 06/12/2012 L'AGEFI Hebdo

Marché global en hausse

Les émissions de dette par des institutions financières hors obligations sécurisées (covered bonds) ont regagné 15 % (à 825 milliards de dollars) au niveau mondial sur les onze premiers mois de l’année, selon les statistiques de Dealogic. Elles ne progressent plus que de 4 % (à 1.042 milliards de dollars) si l’on intègre les obligations sécurisées. Le nombre d’émissions baisse en revanche globalement de 15 %, à 5.346 hors obligations sécurisées.

Aux Etats-Unis, où aucune émission de covered bond n’a été signalée, le marché a progressé de 39 % pour atteindre 182 milliards de dollars en valeur. JPMorgan y demeure le principal établissement teneur de livres pour les financières, devant Goldman Sachs et Bank of America.

Chute des « covered bonds »

En Europe, où le marché représentait encore l’essentiel des émissions de covered bonds (559 transactions sur 665 en tout, au lieu de 813 sur 883 en 2011), le nombre d’émissions des dettes financières a globalement diminué de 27 %. Les volumes restent stables en valeur pour les émissions traditionnelles (-1 % à 338 milliards), mais chutent pour les émissions de covered bonds (-34 % à 171 milliards) sous le double effet de l’opération de prêts à long terme de la Banque centrale européenne (LTRO) et de la baisse des crédits à mettre en collateral de ces obligations sécurisées.

BNP Paribas, qui était leader sur le marché incluant les obligations sécurisées, le devient aussi sur le marché sans les covered bonds, devant Barclays dans les deux cas. Suivent en troisièmes places Deutsche Bank avec les covered bonds et HSBC sans ces opérations. Les autres banques françaises restent assez bien placées globalement (Natixis 5e, SG CIB, 10e), notamment du fait d’un marché domestique toujours important bien qu’en chute de 27 % (79 milliards sur 393 souches), toujours à cause des covered bonds. On note d’ailleurs que la part de marché de Natixis en Europe est essentiellement liée à son rôle sur ces émissions d’obligations sécurisées.

A lire aussi