EMISSIONS EN ACTIONS Goldman Sachs toujours en tête du classement global

le 21/03/2013 L'AGEFI Hebdo

Citi et Barclays aux Etats-Unis

Signe de reprise ? Les marchés primaires des capitaux en actions (equity capital markets,ECM) ont globalement progressé de 14 % pour atteindre 514 milliards d’euros en 2012, selon ce classement des banques teneurs de livres proposé par Dealogic. Mais c’est toujours Goldman Sachs qui reste l’établissement le plus actif sur ce métier, grâce à une activité homogène au niveau mondial, tant en 2012 que sur les premiers mois de 2013 selon le fournisseur de données.

La banque américaine devance Citi qui, elle-même, dépasse les cinq acteurs qui la précédaient en 2011, entre autres grâce à son retour sur le marché nord-américain (devant Barclays et Bank of America Merrill Lynch). Ce dernier a été particulièrement dynamique : +42 % avec 191 milliards d’euros et +56 % sur les seules augmentations de capital (142 milliards), notamment celle d’AIG (21 milliards de dollars), alors que les émissions de convertibles étaient stables et les introductions en Bourse (IPO) seulement bonifiées par l’opération sur Facebook (16 milliards de dollars).

Moins dynamique en Europe

Sur le Vieux Continent, dont le marché est resté stable à 104 milliards de dollars (-1 %) avec une compensation de la baisse des IPO par les émissions de convertibles (par exemple de Volkswagen pour 2,5 milliards d’euros), c’est donc Goldman Sachs qui est en tête, en profitant des opérations de Sberbank en Russie et Continental en Allemagne. D’autres grandes banques - Credit Suisse, Deutsche Bank, JPMorgan ou Morgan Stanley - ont participé aux grandes augmentations de capital des financières (UniCredit, Sberbank, Credit Suisse, Banco Popular...). Le marché primaire britannique est aussi bien reparti - on note la première introduction « non technologique » depuis longtemps avec l’assureur Direct Line en octobre -, de même que le marché français (au bénéfice d’ailleurs de BNP Paribas et SG CIB), malgré une quasi-absence d’IPO.

Le marché asiatique progresse, lui, de 7 % à 166 milliards de dollars, plutôt au bénéfice des grandes banques occidentales telles UBS et Goldman Sachs, qui étaient pourtant peu présentes sur l’introduction en Bourse (majeure) de Japan Airlines.

A lire aussi