Emission des financières : JPMorgan leader, les françaises bien placées

le 01/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Un marché en hausse... jusqu’à juin

Les émissions d’obligations par des institutions financières (FIG) avaient progressé de 31 % au premier semestre (comparativement à 2010), selon les statistiques Thomson Reuters. Les 3.739 émissions (+11 %) représentaient 1.654 milliards de dollars, soit des opérations également plus importantes en taille moyenne. Mais le marché primaire, déjà au ralenti en juillet, s’est totalement refermé avec le plus petit volume d’émissions de l’année pour la première semaine du mois d’août, suite à la débâcle des marchés.

JPMorgan, BoA-Merrill Lynch et Deutsche Bank arrivent en tête de ce classement global des banques teneurs de livres, où figurent toujours en bonne place les banques françaises : BNP Paribas (8e), Société Générale (13e), Natixis (14e) et Crédit Agricole CIB (15e).

Aux Etats-Unis, le marché a quand même gagné 44 % depuis janvier, avec 427 milliards de dollars. On y retrouve le même « quinté » que l’an dernier, avec JPMorgan, BoA-Merrill Lynch et désormais Morgan Stanley en troisième position. Deutsche Bank y progresse aussi, même si le marché est plus concentré qu’ailleurs, avec une dizaine d’acteurs qui sont également les principaux émetteurs.

BNP Paribas leader en Europe

En Europe, ces émissions des FIG atteignent 763 milliards de dollars (+30 %), tirées également par les émissions de covered bonds - qui font la particularité du Vieux Continent. BNP Paribas prend la tête des acteurs devant Deutsche Bank et Barclays. Natixis et les américaines Citi et Goldman Sachs représentent les plus belles progressions. Parmi les plus grosses émissions prises en compte, notons celles de Rabobank, de FMS Wertmanagement (agence de restructuration des banques) en Allemagne, du Frob (Fonds public de restructuration du secteur financier) en Espagne, de Crédit Agricole à Londres ou encore d’Intesa.

Enfin, l’Asie reste un petit marché - dominé par HSBC devant Citic et UBS cette année - avec 273 milliards de dollars (+25 %), même si ces émissions ont bien augmenté de taille.

A lire aussi