Dexia et ses dirigeants toujours dans l’attente

le 17/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Négociations. Trois ans et demi après leur arrivée en pleine tourmente, les dirigeants de Dexia ont fait leurs adieux. Le 9 mai, lors d’une assemblée générale tendue, le président Jean-Luc Dehaene a dit qu’il serait parti le 30 juin comme Pierre Mariani, le directeur opérationnel. Leur départ reste en fait suspendu à un accord sur leur succession entre le gouvernement belge et celui de François Hollande, investi le 15 mai. En attendant, le Belge Karel De Boeck n’a pas fait son entrée au conseil d’administration, alors que la presse d’outre-Quiévrain l’annonce comme le futur patron du groupe. La Belgique conteste aussi sa part (60,5 %) dans les garanties permettant à la banque de refinancer ses 87 milliards d’euros d’actifs gérés en extinction à fin mars. Le dispositif temporaire dont le coût plombe les comptes de Dexia - encore en perte au premier trimestre - expire normalement le 31 mai. Difficile de savoir si la Commission européenne aura tranché à cette date sur la pérennisation des garanties et sur le plan de démantèlement du groupe, au point mort en France et en Turquie. Faute d’avis positif, une recapitalisation n’est pas à exclure (voir le tableau).

A lire aussi