Le démantèlement de Dexia laisse prévoir de possibles contentieux

le 27/10/2011 L'AGEFI Hebdo

Patates chaudes. Selon plusieurs journaux, l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) aurait fermé les yeux en 2009 et 2010 sur des manquements de Dexia Crédit Local. Elle aurait notamment renoncé à placer la filiale française de Dexia sous surveillance spéciale malgré des problèmes de liquidité, d’après le journal bruxellois Le Soir. Un rapport de l’ACP consulté par Libération indique par ailleurs que la banque aurait sous-valorisé son portefeuille de produits dérivés d’au moins 50 milliards d’euros en nominal à fin 2009. Une source proche du régulateur confirme que celui-ci aurait transmis le dossier au superviseur belge… qui renvoie la balle en assurant s’être concerté avec l’ACP. En attendant de déterminer les responsabilités des autorités et de l’ancienne ou de l’actuelle direction, la polémique enfle en Belgique : pour qu’ils achètent ses titres, Dexia a prêté 1,5 milliard d’euros à deux actionnaires belges, Arco et le Holding Communal. Celui-ci, en liquidation, n’a pas remboursé sa dette. Dexia doit aussi trouver sa place dans le nouveau schéma de financement des collectivités françaises. Selon une source proche des négociations, la banque veut proposer des contrats de services à la future entité de prêts de La Banque Postale et de la Caisse des dépôts, dont elle n’est pas actionnaire.

A lire aussi