Les défaillances d'entreprise s'emballent

le 18/07/2013 L'AGEFI Hebdo

Guy Marchal

Le deuxième trimestre 2013 est à marquer d’une pierre noire. Que ce soit les statistiques trimestrielles d'Altares, le baromètre du printemps de la Coface ou le relevé des cinq premiers mois de l’année d’Euler Hermes, les défaillances d’entreprises s’emballent. Le constat est partagé : les défaillances reviennent à un niveau élevé, proche de celui constaté au plus fort de la crise en 2009. De janvier à mai, Euler Hermes dénombre 26.600 cas, soit plus de 61.000 sur douze mois, et table sur une prévision de 62.200 pour l’ensemble de 2013. Coface, pour sa part, dénombre 60.000 faillites à fin avril sur un an glissant. Seule à publier des données sur la totalité du deuxième trimestre, Altares signale une hausse des défaillances de 9,5 % par rapport au deuxième trimestre 2012, soit 15.000 cas dont 12.300 liquidations judiciaires directes. Les grosses PME ne sont plus épargnées, Altares indiquant que les défaillances d’entreprises de plus de 200 salariés ont augmenté de 40 %. Pas plus que les entreprises bien installées dans le paysage économique : le nombre de faillites d’entreprises plus que cinquantenaires s’est accru de 71 %. Un lot de consolation : avec 62.000 emplois menacés sur trois mois, c’est 10.000 de moins qu’au printemps 2009. Il reste qu’avec 60.000 cas par an contre 45.000 en moyenne avant 2008, les destructions d’entreprises ont changé d’échelle avec la crise.

A lire aussi