Le crédit non bancaire est promis à un bel avenir

le 29/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Dérivation.

La diversité du financement a permis de réduire de 17 % le déficit mondial de financement sur 2012-2013 à 117 milliards de dollars au cours des six derniers mois, selon une étude de DTZ. Ce déficit est dû aux nouvelles réglementations et à la réduction de la taille des bilans des banques. L'Europe demeure la plus exposée avec un déficit net de 86 milliards sur la période. Le déficit brut de la dette européenne est estimé à 190 milliards de dollars ; il a été réduit par de nouvelles capacités de crédit de 104 milliards issues d'acteurs non bancaires (compagnies d'assurances et fonds de dette senior pour 75 milliards) et d'obligations d'entreprise (29 milliards). Le Royaume-Uni est le pays le plus avancé dans l'usage du crédit non bancaire avec un gapde financement de plus de 23 milliards de livres sur la période 2012-2013, compensé aux trois quarts par les assureurs et les fonds de dette. « Nous estimons à 225 milliards de dollars le financement non bancaire disponible en Europe sur la période de 2013 à 2015, indique Hans Vrensen, directeur de la recherche de DTZ. Cela représente plus de 20 % de l'ancien système de prêts destinés au refinancement sur cette même période. »

A lire aussi