Le Crédit Agricole étoffe son réseau de banques d’affaires régionales

le 12/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Deux caisses, Anjou-Maine et Atlantique-Vendée, unissent leurs forces pour offrir toute la palette des métiers de la banque de gros aux entreprises locales.

C’est pour fidéliser leurs entreprises clientes que deux caisses régionales du Crédit Agricole ont conçu leur banque d’affaires commune. Anjou-Maine et Atlantique-Vendée ont ainsi lancé Crédit Agricole Ouest Entrepreneurs afin de préserver leurs parts de marché déjà imposantes (respectivement 50 % et 43 %). L’objectif est aussi de bénéficier de la dynamique entrepreneuriale locale, en particulier dans le secteur agroalimentaire. Un poste de banquier senior spécialisé a d’ailleurs été créé au sein de cette banque d’affaires régionale.

Installée à Nantes, celle-ci comprend une cinquantaine de collaborateurs issus des deux caisses régionales et des filiales spécialisées du groupe telles que Ouest Alliance (structuration et syndication), Acticam (fusions-acquisitions), Sodica (corporate finance midcaps), Unexo (capital-investissement), Crédit Agricole CIB, BGPI (banque privée). La banque dispose également de sa propre salle de marchés. Néanmoins, elle n’a pas d’existence juridique propre, elle a été construite comme une marque ombrelle au service des entreprises régionales. Ainsi organisé, Ouest Entrepreneurs est en mesure de répondre à l’ensemble des besoins en haut de bilan des entreprises locales, financement, arrangement de dette, ingénierie patrimoniale, cession ou acquisition d’entreprises… « Notre rôle consiste à les conseiller et à les accompagner, nous ne vendons pas de produits bancaires, souligne François Dumousseau, directeur de Crédit Agricole Ouest Entrepreneurs. Nous travaillons en osmose avec la banque commerciale, à partir des contacts que les chargés d’affaires nous transmettent lorsqu’ils ont détecté un besoin spécifique. Ensuite, nous assemblons les diverses expertises du groupe à la manière d’un chef d’orchestre en appui de la banque commerciale avec, quand c’est possible, une approche patrimoniale du dirigeant. »

Arrangeur de dette

Cette année, par exemple, trois opérations d’arrangement de dette ont été réalisées. Le groupe Nadia, constitué de sept PME industrielles et installé à Cholet, s’est ainsi rapproché du Crédit Agricole, qui n’est pourtant pas son banquier historique, afin de refinancer un crédit vendeur de 34 millions d’euros sur sept ans. Ouest Entrepreneurs et Crédit Agricole CIB ont alors réuni un pool de sept banques locales pour boucler l’opération : « Il a fallu négocier le refinancement de la dette et veiller à ce que les contrats fonctionnent correctement dans la durée », explique Simon Ternynck, directeur à la caisse Atlantique Vendée.

Autre opération d’envergure, l’émission d’obligations convertibles pour 8,5 millions d’euros pour Eurial, un fabricant de produits laitiers (Candia, Soignon) détenu par quatre coopératives laitières, ainsi que le refinancement d’une dette de 50 millions d’euros réalisé grâce à un pool d’une douzaine de banques. L’activité entreprises des deux caisses régionales est ainsi en hausse de 8,5 % sur l’encours de crédits à 2,8 milliards d’euros par rapport à 2010, et de 15 % sur le nombre de dossiers de financements qui s’élève à 1.610. Les crédits d’investissements à moyen et long terme progressent même de 28 % à 622 millions d’euros. Créer une banque d’affaires régionale répond donc également à une logique de croissance, logique partagée par l’ensemble des caisses.

Certaines ont créé leur propre banque d’affaires locale (Nord de France, Centre France, Ile-de-France) quand d’autres ont préféré se réunir, comme les quatre caisses bretonnes en 2009, de même que quatre caisses du Centre : Touraine Poitou, Val de France, Centre Ouest et Centre Loire, et plus récemment, Pyrénées Gascogne et Aquitaine en mars dernier, ainsi que Champagne Bourgogne et Franche Comté en mai.

A lire aussi