L’avis de... Nicolas Menard-Durand, avocat associé du cabinet Scotto & Associés

« Les créanciers attentifs aux managers »

le 03/02/2011 L'AGEFI Hebdo

Comment se passe, dans les restructurations de LBO (« leveraged buy-out »), la revalorisation des « management packages » ?

Soit par anticipation, quand le groupe assure encore le service de la dette, soit par obligation, quand la restructuration nécessite de nouveaux fonds propres et que le management, découragé par une situation patrimoniale négative, doit être remotivé via un nouveau « package » fondé sur de nouveaux objectifs. Il faut alors que ces nouveaux outils soient prioritaires, en cas de retournement, sur ceux du fonds bien sûr, mais aussi sur ceux des banques. Ces créanciers y sont plus attentifs et comprennent que c’est une clé de la réussite de ces restructurations. Une telle négociation se révèle complexe, impliquant trois parties (et non deux comme dans un « package » classique), avec un équilibre des forces souvent favorable au management comme on l’a vu dans certains dossiers.

Plus généralement, est-ce que cela change les conditions sur les nouveaux LBO ?

Les seuils de déclenchement des « packages » sont inférieurs à ce qu’ils étaient autrefois (autour de 15 % de TRI - taux de rendement interne - en 2007, NDLR) et cette tendance devrait s’accentuer. En contrepartie, l’accélération de la courbe du « package » sera-t-elle affectée en cas de surperformance ? Rien n’est moins sûr, dans la mesure où ces niveaux de surperformance sont aujourd’hui beaucoup plus difficiles à atteindre...

A lire aussi