Les courtiers interbancaires à la peine

le 07/03/2013 L'AGEFI Hebdo

A l’instar des spécialistes de l’intermédiation actions, les courtiers interbancaires ont souffert de la baisse de volumes sur les marchés financiers. Compagnie Financière Tradition, filiale du groupe Viel & Cie, a ainsi enregistré un chiffre d’affaires 2012 en repli de 4,8 %, à 1,017 milliard de francs suisses (830 millions d’euros). La société a notamment été pénalisée par une faible activité au second semestre, marqué par un recul de ses revenus de 14,3 % par rapport à la même période de 2011. Le britannique Icap n’est guère mieux loti. Pénalisé par une baisse de 13 % de ses revenus au troisième trimestre clos au 31 décembre, le groupe a même revu à la baisse sa prévision de bénéfice annuel. Icap table désormais sur des profits compris entre 280 et 305 millions de livres (entre 324 et 353 millions d’euros), contre une fourchette comprise initialement entre 307 et 346 millions de livres. Tullett Prebon fait pire, enregistrant une perte de 59 millions de livres en 2012, liée à une charge de 123 millions sur son entité américaine, et un recul de 6,5 % de ses revenus. Au-delà d’une activité morose, les deux courtiers britanniques sont actuellement dans la tourmente, étant rattrapés au Royaume-Uni pour le scandale du Libor.

A lire aussi