Le « corridor européen »

le 24/11/2011 L'AGEFI Hebdo

On a beaucoup glosé sur le corridor américain, qui lierait les banques d’investissement - et surtout Goldman Sachs -, à la Maison-Blanche, toutes couleurs confondues. Visiblement, le corridor s’étend à l’Europe. Comme le note un article de The Independant du 18 novembre, la nomination d’un ancien senior adviser de Goldman, Mario Monti, à la tête d’une nation européenne porte l’influence de la banque à des niveaux encore jamais envisagés. Le point culminant de ce que ce quotidien britannique appelle « le Goldman Sachs project  » : recruter d’anciens fonctionnaires ou politiques, ou dans le sens inverse, envoyer ses collaborateurs dans des positions officielles. Pour preuve : Mario Draghi (ex-Goldman Sachs, président de la BCE), Peter Sutherland (ex-attorney général irlandais, aujourd’hui patron de Goldman Sachs International), Petros Christodoulou (patron de l’agence de la dette grecque, ex-Goldman Sachs), Otmar Issing (ancien membre de la BCE, conseiller de Goldman Sachs)... La liste est longue. Et probablement pas près de se tarir !

A lire aussi