Un contre-pouvoir au lobby bancaire

le 08/09/2011 L'AGEFI Hebdo

La rentrée politique bruxelloise se fera avec un nouvel élève dans la classe : Finance Watch (photo). L’association qui ambitionne d’aborder les questions de réglementation financière sous l’angle de l’intérêt public et non pas sectoriel va s’installer dans ses murs, à deux pas du Parlement européen. Elle entend affirmer sa spécificité dans le monde surpeuplé des groupes d’intérêts et autres lobbys bruxellois. « Nous sommes plus qu’un ‘think-tank’. Nous sommes dans une logique d’ONG* », explique son secrétaire général Thierry Philiponnat. En juillet, Finance Watch a sorti son premier papier, sur les credit default swaps souverains. « Il était temps de réagir aux affirmations fallacieuses selon lesquelles la spéculation sur la dette souveraine fait baisser le coût de financement » des Etats, dit-il. Mais le vrai travail de lobbying commencera à l’automne avec CRD4, la nouvelle directive sur les exigences en fonds propres des banques. « Finance Watch n’a pas vocation à couvrir tous les détails. Nous choisirons quelques sujets phares sur lesquels il y aura des propositions d’amendements », ajoute-t-il. De quatre à six collaborateurs à la rentrée, l’ONG compte passer à douze rapidement, y inclus experts, communicants et lobbyistes. Grâce à une subvention équivalente de la Commission européenne, elle veut aussi doubler son budget qui est actuellement d’un million d’euros par an, provenant de donations.

*Organisation non gouvernementale

A lire aussi