Circonspection

le 29/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Un observateur averti interrogé sur le transfert d’un portefeuille de crédits structurés de Crédit Agricole CIB au hedge fund américain BlueMountain (lire page 35) a réagi, après coup, avec circonspection : « Je ne m’amuse même pas à tenter de comprendre ces montages qui sont des écrans de fumée, avalisés par l’ACP (Autorité de contrôle prudentiel, NDLR). Ce qui m’inquiète : je ne suis pas convaincu que l’ACP elle-même comprenne... Tout cela pour tenter de sortir nos banques mutualistes de situations dans lesquelles elles s’étaient embourbées parce qu’elles ne comprenaient pas, elles non plus, ce qu’elles faisaient dès le départ. » En effet, au jeu des définitions compliquées, le transfert de ces activités structurées sur des dérivés de crédit apparaissent bien comme du « shadow banking » (lire page 15), alors même qu’elles n’étaient pas, à l’origine, des activités bancaires « naturelles »... « Les risques demeurent importants et peu lisibles », ajoute un autre spécialiste. Décidément, ingénierie financière et transparence ont toujours bien du mal à aller de pair !

A lire aussi