Dossier Banques étrangères en France

Les banques du Maghreb jouent la carte de l’affinitaire

le 16/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Elles misent sur des offres spécifiques pour attirer la clientèle des résidents étrangers en France.

Selon une étude réalisée par l’Insee en 2008, il y aurait en France environ 4 millions de personnes d'origine maghrébine. C’est cette clientèle que visent en priorité les banques du Maghreb installées en France comme Chaabi Bank, filiale de la Banque Centrale Populaire du Maroc, qui emploie 200 collaborateurs dans l’Hexagone au sein de 19 agences. « Notre clientèle est essentiellement composée de Marocains résidents en France, indique Amine Al Alami, directeur marketing de la Chaabi Bank en Europe. Mais depuis que nous avons lancé notre offre en finance islamique, nous avons aussi de plus en plus de clients de tous horizons. » A travers son centre d'affaires basé à Paris, Chaabi Bank accompagne aussi les entreprises qui font du business entre la France et le Maroc sur des problématiques d’escompte, de crédit import-export, de lignes de financement…La Tunisian Foreign Bank, une banque de droit français à capitaux tunisiens, affiche sensiblement le même positionnement avec ses deux agences à Paris et une à Marseille. « Depuis notre création en 1977, nous avons pour mission de contribuer activement aux échanges économiques et commerciaux entre la Tunisie et la France, explique Mehdi Haddad, PDG de la TFBank. Pour ce faire, nous accompagnons la communauté des Tunisiens résidant à l'étranger (TRE) dans leurs projets d'investissement en France et en Tunisie. Nous soutenons aussi les investissements français vers la Tunisie, et répondons aux besoins des exportateurs à travers notre activité de 'trade finance' transactionnel. »

Pour attirer de nouveaux clients, ces banques misent logiquement sur leur double culture et des offres dites « affinitaires », comme le confirme Mehdi Haddad : « Nous proposons à nos clients tous les produits et services d’une banque de détail, mais nous avons aussi développé une offre spécifique pour les TRE qui peuvent par exemple bénéficier d’un compte d’épargne transférable sur lequel ils peuvent effectuer des retraits en France et en Tunisie. » La TFBank commercialise aussi des prêts immobiliers qui permettent de financer, à partir de la France, l'achat d'un bien immobilier en Tunisie.Comme toutes leurs consœurs, les banques du Maghreb n’ont pas été épargnées par la crise. « On observe chez nos clients plus de ponction dans l'épargne, et une baisse des demandes de crédits immobiliers conventionnels, confie Amine Al Alami. Mais cette baisse a été compensée par le lancement des financements immobiliers 'charia compatibles'. » Résultat, Chaabi Bank a dégagé en 2012 un PNB de 25 millions d'euros, en hausse de 2 %.

Les effets du printemps arabe

Pour la banque BIA, détenue à parts égales par la Libyan Foreign Bank et la Banque Extérieure d'Algérie, 2012 aura été l'année du retour à l’équilibre, après une perte de 12 millions d'euros en 2011. « Etant spécialisés dans le financement du commerce extérieur, nous avons été pénalisés cette année-là par les événements qui se sont produits en Libye, rappelle Didier Darmon, responsable administratif et financier de la banque BIA. Nous avons été confrontés à un gel des avoirs et des opérations. Nous avons même failli être mis sous embargo. Depuis, les choses sont en grande partie rentrées dans l'ordre, et nous avons même attiré de nouveaux partenaires libyens qui ont souhaité nous apporter leur soutien après ces événements. » Du côté de la TFBank, les effets du printemps arabe se sont fait sentir de manière positive. « Au lendemain de la 'révolution du jasmin', nous avons enregistré l’arrivée de nouveaux clients qui s’inscrivent dans une démarche citoyenne en effectuant des transferts pour des investissements productifs en Tunisie », confie Mehdi Haddad. C’est d’ailleurs sur ce côté affinitaire que les banques du Maghreb vont appuyer pour se différencier des offres proposées par les grandes banques françaises qui entendent elles aussi attirer cette clientèle d’origine maghrébine.

A lire aussi