AVOCATS Sullivan & Cromwell devant Skadden Arps en conseil juridique M&A

le 08/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Méga-transactions aux Etats-Unis

Si, en 2010, Skadden Arps terminait numéro un mondial des cabinets d’avocats conseils en fusions-acquisitions (M&A) annoncées comme en 2009 selon Thomson Reuters, il était déjà talonné par Sullivan & Crownell qui s’était classé deuxième en décembre. Celui-ci semble avoir une avance assez confortable cette année, sur un marché en forte croissance (+26 %) avec 1.908 milliards de dollars échangés en 26.466 transactions. La taille de celles-ci a fortement progressé - alors que leur nombre est en légère baisse (-4 %).

Les américains Simpson Thacher & Bartlett et Wachtell Lipton Rosen Katz complètent pour l’instant un podium mondial qui est le même aux Etats-Unis, où le marché a progressé de 62 % (à 800 milliards de dollars). Ces cabinets ont participé à presque toutes les « méga-transactions » annoncées : réorganisation d’AIG (58 milliards de dollars), T-Mobile USA-ATT (39), Medco-Express Script (34), Progress-Duke Energy (26), Synthes-J&J (21), Petrohawk- BHP Billiton, Pro Logis-AMB (15), Nyse-Deutsche Börse (12), etc.

Freshfields, leader en Europe

Alors que le cabinet Linklaters l’avait devancé de peu en décembre, Freshfields domine pour l’instant le marché du Vieux Continent, qui gagne 32 % à 527 milliards de dollars. Suivent Allen & Overy et Linklaters et, pas très loin (8eet 11e), les français CMS Bureau Francis Lefebvre (notamment présent sur l’opération Nycomed-Takeda, pour 14 milliards de dollars) et Bredin Prat. Parmi les autres transactions notables : lespin-off de Fiat (18), le rachat des 44 % de SFR par Vivendi (11), Autonomy Corp-HP (10), Skype-Microsoft (9), Danisco-DuPont (7), etc. Slaughter & May est leader au Royaume-Uni. Linklaters domine le marché français, devant Allen & Overy, Bredin Prat, Freshfields et Gide Loyrette Nouel, notamment grâce aux dealsRhodia-Solvay, GDF Suez Exploration-CIC, Converteam-GE, etc.

Allen & Overy fait également une percée sur un marché asiatique moins dynamique (+14 % à 378 milliards de dollars), plutôt dominé par les cabinets australiens (dealFoster’s-SABMiller)

et japonais.

A lire aussi