AVOCATS Sullivan & Cromwell devant Simpson Thacher en conseil juridique M&A

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Méga-transactions aux Etats-Unis

Premier des classements intermédiaires d’avocats conseils en fusions-acquisitions (M&A), l’américain Sullivan & Cromwell confirme qu’il avait trop d’avance pour être rejoint au second semestre. Celle-ci s’est même accentuée selon les statistiques de Thomson Reuters, mesurées sur les transactions annoncées, représentant 2.540 milliards de dollars en 2011 au niveau mondial (+7 %,lire page 26). Cet écart notable s’explique en partie par la taille en hausse de 13 % des 40.014 transactions prises en compte.

Les américains Simpson Thacher & Bartlett, Skadden Arps et Wachtell Lipton Rosen Katz complètent le quarté mondial, le même dans un ordre différent aux Etats-Unis où le marché progresse de 29 % (995 milliards de dollars). Avec Sullivan & Cromwell, ils ont participé à la plupart des « méga-transactions » annoncées : réorganisation d’AIG (58 milliards), El Paso-Kinder Morgan (36), Medco-Express Script (34), Progress-Duke Energy (26), Synthes-J&J (21), Goodrich-United Technologies (18), Petrohawk- BHP Billiton (16)...

Freshfields en Europe

En Europe, où le marché gagne 9 % à 698 milliards de dollars, Freshfields reprend le dessus dans le jeu qui l’oppose tous les ans à Linklaters. Suivent Allen & Overy et Clifford Chance. Les français Bredin Prat et CMS Bureau Francis Lefebvre (notamment présent sur l’opération Nycomed-Takeda) apparaissent aussi dans les quinze premiers. Parmi les autres transactions notables : le spin-off de Fiat (18 milliards de dollars), le rachat des 44 % de SFR par Vivendi (11), Autonomy Corp-HP (10), Skype-Microsoft (9), Danisco-DuPont (7), etc. Freshfields est également leader au Royaume-Uni, suivi par Linklaters et Slaughter & May. Linklaters domine le marché français, devant Allen & Overy, Freshfields, Bredin Prat et Gide Loyrette Nouel, notamment grâce aux dealsRhodia- Solvay, Silic-Icade, GDF Suez Exploration- CIC, Converteam-GE, etc.

Le marché asiatique, stable avec 547 milliards de dollars, reste dominé par les australiens (grâce à l’opération Foster’s-SABMiller) et les japonais (Sumimoto Metal-Nippon Steel).

A lire aussi