Dossier Gestion du poste client

Assurance-crédit, cap sur les pays émergents

le 16/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Entreprises et spécialistes veulent développer leur activité dans les zones où la croissance est plus forte que dans les pays développés.

Après deux années noires qui les ont conduits à une plus grande sélectivité des risques, une réduction (sans préavis) de leurs garanties et une augmentation substantielle de leurs tarifs - ce qui leur a valu des relations tendues avec leur clientèle -, les assureurs-crédit ont quelque peu inversé la tendance en 2010. L'an dernier, grâce à un semblant de croissance retrouvée et à une diminution du nombre de défaillances d'entreprises, ils ont pu récolter les fruits des mesures drastiques prises pour redresser leurs résultats. Ils ont enregistré des taux de croissance de leur chiffre d'affaires de l'ordre de 4 % à 15 % selon les structures.

Leurs ratios combinés se sont ainsi améliorés de façon spectaculaire. Ils sont passés de 82 % à 42 % chez Euler Hermes Sfac, de 98 % à 53 % à la Coface, voire sous la barre des 40 % comme ce fut le cas chez Atradius où ils avaient tangenté les 140 % au plus fort de la crise. Certains d'entre eux ont même retrouvé leurs niveaux d'avant-crise. D'autres en sont très proches.

Restructurations internes

Pour consolider leur situation et retrouver leurs niveaux de rentabilité, il leur faut maintenant engager des restructurations internes - elles sont en cours chez plusieurs d'entre eux -, rationaliser leur activité, jouer sur les gains de productivité et miser sur l'effet volume.

Avec une croissance du PIB en zone euro de 1,5 % et de 1,7 % en 2011 et en 2012 selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), entreprises et assureurs se voient contraints, pour augmenter leurs volumes d'activité, de franchir les frontières et d'aller chercher la croissance là où elle se trouve. Or les plus importants réservoirs de croissance se trouvent dans les pays en développement et les économies émergentes.

C'est donc là que nombre d'entreprises nourrissent le plus d'espoirs et d'ambition, en particulier sur les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). A charge pour leurs assureurs-crédit de les accompagner dans l'aventure. « Notre mission est double à destination de ces pays émergents, explique Christophe Cataldo, directeur des risques chez Atradius France. Nous devons en effet accompagner nos assurés dont la majorité est installée dans les pays développés occidentaux et qui souhaitent développer dans ces pays un courant d'affaires en forte croissance depuis plusieurs années. Et nous implanter localement pour proposer nos solutions d'assurance-crédit aux entreprises du cru pour leur permettre de se protéger du risque d’impayés de leurs acheteurs. »

Dans le cadre de la nouvelle politique d'assurance-crédit définie par les pouvoirs publics, des capacités d’engagement de la garantie de l’Etat ont été définies pour couvrir les risques à l’exportation et favoriser les opérations, notamment à destination des pays émergents et en développement. Mais avec prudence et sélectivité tant en ce qui concerne les pays que les secteurs d'activité. « Pour analyser les risques de ces pays, nous avons une approche à la fois macro et microéconomique, précise Christophe Cataldo. Nos équipes locales collectent les informations qui nous permettent d’analyser l’économie du pays concerné et le secteur de l’entreprise sur laquelle nous sommes interrogés, mais aussi sa situation financière propre et, d'une manière générale, ses perspectives de développement. Ce socle nous permet d’avoir ensuite une analyse aussi performante que dans les pays occidentaux. »

A lire aussi