Du pain et des jeux (1)

le 03/04/2014 L'AGEFI Hebdo

A la grande déception des Brésiliens, Moody’s estime à 0,4 % le gain de croissance sur dix ans tiré de l’organisation de la Coupe du monde de football dans le pays. Le surcroît d’investissements en infrastructures n’atteindrait, sur la période allant de 2010 à 2014, que 0,7 %. On est loin des 3,6 millions d’emplois promis, et la population locale juge sévèrement les dépenses, un comble dans un pays passionné de ballon rond. Il est vrai que tous les pays ne peuvent pas compter sur des retombées indirectes, comme par exemple l’annexion de la Crimée offerte au peuple russe, ainsi récompensé d’avoir financé des Jeux olympiques d’hiver dans un no man’s land sans neige.

A lire aussi