La BRI souligne la divergence entre Etats-Unis et pays émergents

le 24/09/2018

BIS Quarterly Review : Divergences in markets
Télécharger le document

C'est un constat de divergence que dresse la Banque des Règlements internationaux (BRI) dans son rapport trimestriel publié le 23 septembre concernant la performance des marchés mondiaux au cours du trimestre écoulé, la fortune des uns, notamment les Etats-Unis, étant source de vives tensions pour d’autres, les pays émergents.

«On pourrait dire qu’en moyenne après avoir connu une année faste, les marchés financiers mondiaux ont continué d’afficher une bonne tenue. Cette moyenne ne veut toutefois pas dire grand-chose – pas plus que la température moyenne d’un individu qui aurait la tête brûlante et les pieds gelés», constate ainsi Claudio Borio, chef du département monétaire et économique de la BRI.

D’un côté les Etats-Unis, où la croissance de l’activité ne cesse d’accélérer depuis le début de l’année, et où l’inflation a eu tendance à converger vers l’objectif sans pour autant constituer une menace pour la stabilité financière du pays, ce qui a permis à la Réserve fédérale de poursuivre son processus très progressif et prévisible de normalisation monétaire. Le dollar, qui s’était finalement redressé en février et dont l’appréciation avait accéléré en avril, a quant à lui poursuivi son mouvement à la hausse. «Que l’on s’en félicite ou non, rien n’est venu ébranler les marchés américains», indique ainsi Claudio Borio.

La BRI souligne aussi que, «fait remarquable, les conditions financières américaines sont restées très souples dans une perspective de long terme ; elles se sont même, en réalité, assouplies davantage». Les primes de terme sont demeurées très réduites, et notamment les primes de risque des obligations d’entreprises ont été inhabituellement basses, bien qu’elles se soient légèrement redressées. Dans le segment high yield (HY), elles ont oscillé autour des niveaux observés juste avant la crise financière.

Dans ce contexte, ce sont les marchés émergents qui ont montré des signes de tensions que la BRI explique par le doublement des prêts en dollars aux résidents non bancaires depuis la crise financière, qui ont atteint environ 3.700 milliards de dollars. «Ce chiffre n’inclut pas les emprunts en dollar à l’aide de swaps cambistes, dont l’ampleur pourrait facilement être du même ordre», ajoute même la BRI. Ce phénomène s’inscrit dans le cadre d’une croissance plus générale du crédit international à destination des entités non bancaires, qui est passé de 33 à 38% du PIB mondial entre début 2015 et début 2018.

BIS Quarterly Review : Divergences in markets
Source :
BRI
Date :
23 septembre 2018
Langue :
Anglais
Pages :
16

Sur le même sujet

A lire aussi