Les courtiers en ligne ne préviennent pas suffisamment leurs clients des risques

le 15/07/2015

Télécharger le document

«Les visites mystères ont mis en lumière les faiblesses des questionnaires en ligne visant à établir le profil financier des clients», souligne l'AMF dans sa dernière lettre de l'Observatoire de l'épargne, publiée le 10 juillet. En effet, l’autorité a passé au crible 17 établissements : courtiers en ligne, banques à distance et sites internet de banques classiques, jusqu'en janvier 2015, pour vérifier les pratiques des courtiers en ligne lors de la souscription d'un compte-titres par internet.

Il en ressort que la plupart des établissements n'ont par exemple posé qu'une à trois questions permettant d’évaluer les connaissances financières de l'internaute. «Seulement un peu plus de la moitié des questionnaires ont comporté une question sur les objectifs» de l'épargnant, ajoute l'Autorité et moins d'un sur deux s'est intéressé à l'horizon de placement du client.

Le client mystère des 17 courtiers s'est ensuite livré à une expérience: après avoir indiqué qu'il n'avait ni connaissances ni expérience en finance et qu'il ne voulait pas prendre de risques, il a tenté de passer des ordres sur des produits complexes (SRD et warrants). Si 7 établissements ont aussitôt bloqué ses ordres, les autres se sont contentés de lui envoyer des messages d'alerte, parfois peu explicites. L'AMF en conclut que lorsque les épargnants «passent des ordres sur des instruments financiers complexes, les mises en garde visent moins à les éclairer qu'à exonérer l'établissement en transférant la pleine responsabilité de l'ordre au client».

Source :
Autorité des Marchés Financiers (AMF)
Langue :
France
Pages :
4

A lire aussi