Les critères ESG se diffusent peu à peu chez les gérants alternatifs

le 20/05/2015

Télécharger le document

« En progrès mais peut mieux faire » : voilà en substance la conclusion d’une enquête d’Unigestion sur l’adoption des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance par les gérants de hedge funds et de private assets. Eric Cockshutt, coordinateur des investissements responsables chez Unigestion, présente les résultats de cette enquête, réalisée auprès des partenaires de la société dans la gestion d’actifs.

Il en ressort, en comparaison avec les résultats de la même enquête réalisée en 2011, qu’une augmentation globale de la prise en compte de ces critères par les investisseurs se dessine. Ainsi, les gérants de hedge funds ne sont plus que 60% à être réticents vis-à-vis de l’application des critères ESG contre 75% en 2011. Les signataires des Principles for responsible investment (PRI) de l’ONU sont passés de 6% à 16%.

Concernant le capital-investissement ou les placements privés (private assets), l'application des critères ESG est encore plus avancée. Ils ne sont que 27% en 2014 à exprimer une réticence.

Le refus des investisseurs est souvent lié à la nature même de leur activité. Les hedge funds sont beaucoup moins enclins à s’intéresser à ces critères car leur environnement est beaucoup moins stable et plus court-termiste, à l’inverse des stratégies de capital-investissement, sur plus long terme et pour lesquelles les critères ESG sont potentiellement créateurs de valeurs.

Source :
Unigestion
Langue :
France
Pages :
6

A lire aussi