Emir encadre les produits dérivés sans harmoniser leurs définitions

le 11/04/2014

Une interview de Carole Uzan, de l'AMF, lors du séminaire de l'Agefi sur la régulation post-marché et la mise en oeuvre de Emir, T2S et CSDR

Emir encadre les produits dérivés sans harmoniser leurs définitions

Pour encadrer les transactions sur dérivés, l’Europe s’est dotée d’une part de la réglementation Emir et d'autre part de la disposition Mif, explique Carol Uzan, directrice adjointe de la division régulation à l'Autorité des marchés financiers (AMF).  Emir prévoit l’obligation de déclaration aux dépositaires centraux et celle de compensation. Et la directive Mif impose de négocier les dérivés de gré à gré sur des plateformes.

La mise en œuvre de Emir s’effectue par étapes, depuis le 15 mars 2013. Les produits dérivés couverts par Emir sont assez nombreux. Mais l’Europe n’est toujours pas parvenue à harmoniser les définitions de ces produits.

A lire aussi