Lafarge et Holcim détaillent leur projet de fusion

le 07/04/2014

Les deux groupes procèderont à des cessions d'actifs, pour répondre aux règles de la concurrence, entre 10% et 15% de l'Ebitda de la nouvelle entité

Lafarge et Holcim détaillent leur projet de fusion

Le Français Lafarge et le Suisse Holcim, les deux leaders mondiaux du ciment, qui ont officiellement confirmé ce lundi matin leur «fusion entre égaux», procèderont à des cessions d'actifs pour répondre aux exigences liées aux règles de la concurrence.

L’alliance des deux groupes engendrera le numéro un mondial du ciment représentant quelque 32 milliards d’euros de chiffre d’affaires et un Ebitda de 6,5 milliards d’euros. L'opération prendra la forme d'une offre publique d'échange initiée par Holcim avec une parité d'échange d'une action Holcim pour une action Lafarge, précise un communiqué commun. Il précise que le montant des cessions représenterait entre 10% et 15% de l'Ebitda de la nouvelle entreprise.

Lors d'une conférence téléphonique, Bruno Lafont, le Pdg de Lafarge, a indiqué qu'aucune fermeture d'usines n'était prévue dans le cadre de cette alliance dont les synergies annuelles atteindront 1,4 milliard d'euros. «Nous allons entrer dès maintenant avec la Commission européenne et les autres autorités de concurrence dans un esprit constructif et nous avons confiance dans l'aboutissement rapide de ces négociations», a déclaré Bruno Lafont, qui deviendra le directeur général du nouveau groupe Lafarge-Holcim. «La qualité et la taille des actifs à céder sont vraiment très élevées. Cela garantit leur attractivité pour des acquéreurs potentiels et ça donne aussi confiance dans notre capacité à faire ces désinvestissements», a souligné le Pdg. «Il n'y a pas de fermetures d'usines qui sont associées à cette transaction».

L'opération, qui doit notamment permettre aux deux groupes de faire face à la cherté des prix de l'énergie, a été approuvée à l'unanimité des conseils d'administration des deux groupes ainsi que par leurs grands actionnaires, comme le Groupe Bruxelles Lambert GBL, premier actionnaire de Lafarge avec 21% du capital. La nouvelle entité, dont le siège sera basé en Suisse, sera cotée sur les Bourses de Zurich et Paris, ont encore fait savoir les deux groupes.

La finalisation de l'opération est attendue au premier semestre 2015.

A lire aussi