La SEC donne à son tour son accord au projet de rachat de Nyse Euronext par ICE

le 16/08/2013

Bien qu'elle ne soit pas en charge de l'étude des projets de fusions-acquisitions, la SEC doit s'assurer qu'ils respectent les règles fédérales des marchés

La SEC donne à son tour son accord au projet de rachat de Nyse Euronext par ICE

L’autorité des marchés financiers aux Etats-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC), a donné son accord au projet de rachat de Nyse Euronext par IntercontinentalExchange (ICE), dans une décision prise le 15 août et publiée le lendemain sur son site internet. Si la SEC n'est pas l'autorité américaine en charge de l'étude des projets de fusions-acquisitions, elle doit s'assurer, avant leur validation, qu'ils respectent les règles fédérales encadrant l'organisation des marchés.

En décembre, ICE a annoncé son intention de racheter Nyse Euronext, l'opérateur du New York Stock Exchange aux Etats-Unis et d'Euronext en Europe. Avec cette acquisition, ICE prendra entre autres le contrôle de Liffe, le deuxième marché européen des dérivés. L'opération devrait être scellée début septembre mais elle doit encore être validée par les régulateurs nationaux européens. Les actionnaires des deux groupes, eux, ont déjà approuvé le projet, tout comme la Commission européenne.

Le montant de l'offre d'achat avait été estimé à 8,2 milliards de dollars en décembre mais elle est désormais estimée à 10,6 milliards de dollars sur la base du cours de clôture d'ICE au premier août, le titre du groupe américain ayant gagné plus de 40% dans l'intervalle. L'entité issue de la fusion serait le troisième marché boursier mondial derrière CME Group et le numéro un mondial, Hong Kong Exchanges and Clearing. Les deux groupes ont précisé qu'Euronext - l'opérateur des Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne - serait scindé une fois le rachat terminé.

Euronext pourrait ensuite être introduite en Bourse au premier semestre 2014, a déclaré fin juin Dominique Cerutti, directeur général adjoint de NYSE Euronext.

A lire aussi