IntercontinentalExchange acquiert Nyse Euronext pour 8,2 milliards de dollars

le 20/12/2012

L'opérateur de marchés américain a confirmé ce jeudi le rachat pour un prix de 33,12 dollars par action de la Bourse transatlantique.

Photo: PHB/Agefi

IntercontinentalExchange, opérateur mondial de marchés et de chambres de compensation, a confirmé ce jeudi le rachat pour un prix d’acquisition total de 8,2 milliards de dollars de Nyse Euronext, premier opérateur mondial de marchés actions, options sur actions et dérivés sur obligations. Dans un communiqué publié en début d’après-midi, jeudi, IntercontinentalExchange explique que les deux sociétés ont trouvé « un accord définitif par lequel ICE acquiert Nyse Euronext dans le cadre d’une opération en titres et en numéraire ».

L’accord valorise l’opération à 33,12 dollars par action Nyse Euronext, soit un total d’environ 8,2 milliards de dollars sur la base du cours de clôture de l’action ICE au 19 décembre 2012, précise le communiqué. « Pour chaque action Nyse Euronext, les actionnaires de Nyse Euronext pourront recevoir 33,12 dollars en numéraire,  0,2581 action ordinaire IntercontinentalExchange ou une combinaison de 11,27 dollars en numéraire plus 0,1703 action ordinaire ICE, dans la limite d’une contrepartie en numéraire d’environ 2,7 milliards de dollars et d’un nombre total d’actions ordinaires ICE d’environ 42,5 millions », indique ICE. Le prix d’acquisition total payé par ICE représente environ 67% d’actions et  33% de numéraire. La valeur de l’opération de 33,12 dollars représente une  prime de 37,7% sur le cours de clôture de Nyse Euronext du 19 décembre  2012. À l’issue de l’opération, les actionnaires de Nyse Euronext détiendront approximativement 36% des actions ICE.

ICE dit vouloir conserver la marque NYSE Euronext et maintenir la position de sa filiale dédiée aux produits dérivés, NYSE Liffe, à Londres, y compris son dispositif dédié aux taux d’intérêt. Le groupe boursier compte étudier les possibilités d’une introduction en bourse d’Euronext en Europe continentale après la conclusion de l’acquisition si les conditions de marché et les décideurs européens y sont favorables.

« Notre opération s’inscrit dans l’évolution des infrastructures de marché observée aujourd’hui et offre de nombreuses opportunités de croissance. Elle renforce également la concurrence sur les marchés américain et européen et conforte notre capacité à faire face à de nouveaux marchés et à proposer des produits et services innovants sur une plateforme mondiale », a déclaré le Président-Directeur général d’ICE, Jeffrey C. Sprecher. Pour sa part, Duncan L. Niederauer, directeur général de Nyse Euronext, a indiqué : «  Nous réunissons deux entreprises fortement complémentaires et créons un portefeuille complet de classes d’actifs qui sera en excellente position pour servir une clientèle mondiale et saisir les opportunités de croissance actuelles et futures ».

L’opération devrait être conclue au second semestre 2013, sous réserve de l’approbation des autorités de réglementation européennes et américaines et des actionnaires des deux sociétés. La majorité des synergies sur les coûts, 450 millions de dollars, devrait être réalisée dans la  deuxième année pleine suivant la conclusion. Une augmentation des résultats supérieure à 15% est anticipée la première année suivant la clôture. L'acquéreur anticipe que « grâce à cette opération, les services de compensation d’ICE réaliseront une meilleure productivité du capital et offriront des gains d’efficacité opérationnelle aux membres compensateurs ».

Selon les protagonistes, les bénéfices financiers de ce rachat se traduiront par une forte création de valeur grâce aux synergies de coûts liées à la fusion. «  L’opération devrait être fortement relutive dès le premier exercice suivant la clôture et dégager un rendement sur capital investi supérieur au coût d’investissement de l’opération dès le deuxième exercice », affirme le communiqué. Il ajoute que « le modèle offre un fort levier opérationnel tout en préservant de solides niveaux de chiffre d’affaires récurrent. Il permettra de prendre part à un redressement du marché et de réaliser de bonnes performances dans un environnement de hausse des taux d’intérêt et d’amélioration des marchés actions ». D’autre part, ICE prévoit que « la solidité des flux de trésorerie et du bilan de la société issue du rapprochement plaide pour une poursuite des investissements de croissance tout en facilitant un rapide désendettement après la conclusion de l’opération ». Dès la clôture de l’opération, ICE compte adopter une politique de distribution qui permettra de verser environ 300 millions de dollars de dividendes annuels, annonce la société américaine. « Le rapprochement permet une diversification sur de multiples classes d’actifs et étend l’empreinte d’ICE à de nouveaux marchés, y compris la classe d’actifs la plus importante au monde – les taux d’intérêt – actuellement en creux de cycle » prévoit-il.

Sur le plan opérationnel, le rapprochement « donne naissance à un opérateur sans égal de bourses mondiales et de chambres de compensation dans les matières premières agricoles et l’énergie, les dérivés de crédit, les actions et les dérivés sur actions, les taux de change et les taux d’intérêt ». De plus « les services d’exécution et de compensation de Nyse Liffe seront fusionnés au sein d’ICE Clear Europe, créant un modèle de compensation efficace, prêt à se développer lors de la reprise des marchés de taux d’intérêt et du développement de la compensation des swaps de taux d’intérêt ».

Au chapitre de la gouvernance, ICE indique que quatre membres du Conseil d’administration de NYSE Euronext viendront rejoindre le Conseil d’administration d’ICE qui sera élargi à 15 membres. 

A lire aussi