Vivarte doit déjà ajuster un « covenant » de sa dette

le 18/12/2014 L'AGEFI Hebdo

Qui perd perd ? Un mois après la signature définitive de la procédure de conciliation, qui validait l’effacement et la conversion en capital de 2 milliards d’euros de dette, le groupe de magasins de vêtements (André, La Halle, Naf Naf, Minelli…) a demandé à ses créanciers un aménagement d’un covenant trimestriel. Selon L’Agefi Quotidien, il s’agissait du ratio d’Ebitda minimum attaché aux 500 millions d’euros de dette dite « new money » levée lors de la restructuration. L’accord demandé par les nouveaux actionnaires (les fonds Alcentra, Babson, Golden Tree, Oaktree…) ne devrait pas poser de réelle difficulté, ces actionnaires étant aussi les principaux détenteurs de cette dette super senior. Mais ces difficultés ont de quoi inquiéter les détenteurs du solde de dette senior qui a échappé à la restructuration.

A lire aussi