L’avis de... Benoît Faure-Jarrosson, analyste chez Invest-Securities

« Il est probable que BNP Paribas vende sa participation »

le 11/09/2014 L'AGEFI Hebdo

« Il est probable que BNP Paribas vende sa participation »
Benoît Faure-Jarrosson, analyste chez Invest-Securities
(DR)

Peut-on s’attendre à une évolution de l’actionnariat de la foncière Klépierre-Corio ?

BNP Paribas sera probablement vendeuse de sa participation (13,7 % après l’opération), d’autant que l’immobilier n’est pas son cœur de métier et qu’elle a besoin de liquidités. Dilué par la fusion, Simon Property Group, qui détiendra 18,5 % du nouvel ensemble (alors que sa participation dans Klépierre est actuellement de 29,4 %), pourrait être tenté de se renforcer au capital de la nouvelle foncière en rachetant les actions de la banque. Un rachat qui confirmerait sa position d’actionnaire dominant tout en lui permettant de rester en dessous du seuil des 60 % imposé par le statut SIIC (société d’investissement immobilier cotée). Pour éviter de lancer une OPA, il conviendra de rester sous le seuil des 30 %, ce qui laissera à BNP Paribas le soin de reclasser un peu plus de 2 % sur le marché. Compte tenu du cours de Bourse, cela ne posera pas de problème.

L’actionnaire de Corio est-il le grand perdant ?

Du côté des Pays-Bas, l’opération est constructive. Elle permet à l’actionnaire principal de Corio, le fonds de pension APG, d’être présent au capital d’une foncière européenne active en matière de développement, l’une des faiblesses de la foncière néerlandaise. Corio est un investisseur immobilier, passé progressivement du bureau au centre commercial. C’est un acteur qui n’a pas la culture « création de centres », comme l’ont ses concurrents.

A lire aussi