Un géant peut en cacher un autre

le 15/05/2014 L'AGEFI Hebdo

Tel le Docteur Frankenstein, les régulateurs ne créeraient-ils pas de nouveaux monstres ? La question est particulièrement pertinente à la lumière des transformations du marché des matières premières. Sous pression, les grandes banques d’investissement se délestent de leurs activités de commodities : JPMorgan vient ainsi de vendre son activité de trading de matières premières au négociant Mercuria. Celui-ci a, sans tarder, embauché l’ancien co-head de ce business chez Goldman Sachs, après avoir recruté deux autres spécialistes du géant de Wall Street. Selon Reuters, le très secret Mercuria devrait atteindre un chiffre d’affaires de 130 à 150 milliards…. Résultat, un géant du trading est recomposé, mené par les mêmes professionnels, mais cette fois à l’abri du regard vigilant des régulateurs... Pas sûr que c’était là l’objectif premier des bons docteurs de la réglementation.

A lire aussi