Axa élargit son terrain de chasse dans l’innovation

le 23/04/2015 L'AGEFI Hebdo

Parallèlement aux initiatives internes, l’assureur compte investir dans les cinq ans 200 millions d’euros dans des start-up à l’échelle mondiale.

Axa élargit son terrain de chasse dans l’innovation
(Axa)

Le groupe Axa se veut toujours plus conquérant dans l’innovation. Créée en février 2015, Axa Strategic Ventures, société de l’assureur dédiée à des investissements dans des start-up, se déploie et vient de réaliser un premier investissement de près d’un million de dollars (930.000 d’euros) dans Evercontact, spécialisé dans l’extraction de coordonnées dans les e-mails. « Axa Strategic Ventures a pris le relais d’Axa Seed Factory, véhicule pilote de 10 millions d’euros lancé en 2013 par Axa France et dont le périmètre était limité aux start-up françaises en phase d’amorçage. Or nous avons constaté un réel besoin d’accompagnement à l’échelle internationale pour ces sociétés, ainsi bien sûr qu’un besoin d’étendre nos investissements à toutes les régions où des start-up émergent », commente François Robinet, président d’Axa Strategic Ventures.

Un ancrage en Asie à l’étude

La société de capital-risque élargit dès lors son terrain de chasse et intègre, outre les investissements dans la phase d’amorçage des sociétés, ceux dans les entreprises plus matures (late stage). Les investissements réalisés par Axa Seed Factory (Fundshop, Particeep, Widmee, FlyR et ClimateSecure), repris par Axa Strategic Ventures, viennent compléter le portefeuille, appelé à croître. A changement de dimension, élargissement des moyens. Le véhicule, dont Axa représente l’unique investisseur, dispose dans un premier temps de 200 millions d’euros. « Notre objectif est d’investir cette enveloppe dans les cinq ans », prévoit François Robinet, ajoutant que ce montant pourra être rehaussé en fonction des opportunités et de l’expansion géographique.

Axa Strategic Ventures développe actuellement ses assises à l’international. « Nous déployons les structures juridiques dans les différents pays, avec en Europe des implantations principales à Paris et Londres et des relais à Berlin et Zurich », explique le dirigeant. Aux Etats-Unis, des bureaux sont en cours de constitution à San Francisco et New York, tandis que la société réfléchit « très activement » à une implantation en Asie. Parallèlement, les occasions ne manquent pas. « Le flux de dossiers que nous recevons se révèle significatif et de qualité », observe-t-il. Et les secteurs visés sont multiples. « Les principaux thèmes d’investissement sont aujourd’hui le ‘big data’, au cœur du métier de l’assurance, les objets connectés en vue de mieux comprendre le rapport risques-clients ou encore l’e-commerce appliqué à l’assurance. Notre objectif est plus globalement d’investir dans ce qui va améliorer l’expérience et le parcours client au sein d’Axa », synthétise François Robinet.

Au-delà de l’aspect financier, « l’idée est de participer à la transformation du groupe et de faciliter la mise en relation entre ces start-up et les différentes activités d’Axa », développe le président. Une coentreprise a été créée entre Axa Corporate Solutions, filiale dédiée aux grandes entreprises, et ClimateSecure, spécialisée dans l’analyse de données météo. De même, des synergies pourraient intervenir entre la société FlyR, qui anticipe l’évolution du prix des billets d’avion, et les activités d’assurance voyage d’Axa.

Les effectifs suivent dans ce contexte une pente ascendante. « Nous sommes en phase de recrutement, annonce François Robinet. Nos équipes devraient prochainement atteindre une quinzaine de collaborateurs, alors que nous n’étions que deux à l’origine de ce projet. »

Ces investissements dans des start-up complètent une palette d’initiatives internes. Axa, à travers ses différentes activités, a ainsi investi 950 millions d’euros sur les trois dernières années dans des projets d’évolution interne pour anticiper les transformations liées à la révolution numérique. A cela s’ajoutent différents dispositifs : Axa Lab (observatoire au sein de la Silicon Valley), Start-in (qui vise à développer la réflexion d’équipes internes sur des idées nouvelles) ou encore le Data Innovation Lab (centre d’expertise pour la recherche et l’innovation autour du big data). Axa, via son entité internationale d’assurance Direct Axa Global Direct, a par ailleurs lancé en décembre dernier avec l’agence de développement économique Paris&Co un programme d’incubation… dans lequel Evercontact avait fait son entrée.

La conquête de l’innovation constitue un axe également développé par de nombreux acteurs financiers français, qui multiplient les initiatives. Alors que l’an passé, Crédit Agricole a ouvert un village dédié et que Covéa a mis sur pied un incubateur spécialisé dans l’habitat connecté, BNP Paribas a lancé la semaine passée un espace d’hébergement de start-up.

Six implantations géographiques : Paris, Londres, Berlin, Zurich, San Francisco et New York.

A lire aussi