BIG DATA & FINANCE

BIG DATA & FINANCE
le Jeudi 19 Novembre 2015
à Park Hyatt Paris-Vendôme 5 Rue de la Paix, 75002 Paris

A propos

Rencontre d'actualité - A l'heure du tout digital, les clés des pionniers pour innover en matière d'offres, parcours client, gestion des risques

Madame, Monsieur,

Alors que la digitalisation vient bouleverser les modèles économiques de la banque, de l’assurance et de la finance en général, chacun a pris conscience que les données recèlent un trésor d’opportunités.
Dans cet univers hautement compétitif, où les Google, Apple, Facebook, Amazon et autres Microsoft se réservent de bouleverser l’ordre établi, les fintechs entendent profiter de cette rupture historique pour révolutionner l’écosystème. Dès lors, les acteurs établis de la finance peuvent-ils prétendre remporter la guerre des données, c'est-à-dire trouver les moyens d’exploiter le ‘Big Data’ pour fonder de nouveaux socles de croissance ?

La banque et l’assurance représentent un des secteurs qui détient le plus gros volume de données : savoir les valoriser s’impose comme le défi numéro 1 des acteurs de la finance. Dans le même temps, la réglementation en la matière est en pleine mutation en Europe : de la Directive Data Protection aux exigences de la CNIL, en passant par le projet de  Digital Single Market, il s’agit de mieux encadrer et garantir la protection des données personnelles, tout en permettant aux entreprises européennes de ne pas rater le virage du digital.

Comment dès lors concevoir des stratégies ‘Big Data’ qui réussissent à répondre à ce double enjeu, innovation d’une part, protection des données de l’autre ?

A l’heure où les innovations « disruptives » naissent de la capacité à tirer d’une masse de données des sources de business, quelles sont les opportunités  du Big Data pour les banques et assurances ?  Adaptation des offres, personnalisation du parcours client, amélioration de l’expérience client, fidélisation, profilage client… le marketing des données ouvre de nombreuses perspectives qui ont déjà inspiré des projets pionniers. Reste à en tirer un premier bilan.

Enfin, au-delà des objectifs commerciaux ou marketing, le ‘Big Data’ peut également faire émerger de puissants outils pour modéliser et détecter les risques, ainsi que pour prévenir les fraudes. Quelles améliorations attendre en matière d’exigences liées à la connaissance client ? Quelles applications pour une vision en temps réel des indicateurs de risques ?

C’est pour explorer toutes ces questions et dresser un panorama des initiatives innovantes que L’AGEFI Séminaires réunit un panel de professionnels et d’experts de haut niveau qui débattront des enjeux et opportunités qu’ouvre le Big Data dans le monde de la finance.

Me réjouissant de vous accueillir à cette occasion, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes cordiales salutations.

Philippe Mudry
Directeur des rédactions

Programme

Les débats seront animés par:

Sylvie Guyony, Rédactrice en chef adjointe, L’AGEFI HEBDO
Annick Masounave, Journaliste, L’AGEFI HEBDO
Antoine Duroyon, Journaliste, L’AGEFI QUOTIDIEN

17h00 A l’heure de la banque et de l’assurance digitales, comment anticiper le cadre réglementaire en cours de clarification et développer des stratégies big data pérennes ?

CNIL, Directive Data protection, EU Digital Single Market… les régulations en développement face à la révolution des données

  • Panorama des réglementations encadrant le big data en France et en Europe et prochaines étapes
  • Pourquoi développer une stratégie big data devient-il crucial pour les banque et assurances ?
  • Que peut-on faire aujourd’hui, quelles limites ? Comment concilier innovation et protection des données ?
  • Le principe de « Privacy by design » est-il la bonne solution ?
  • Impacts de l’apparition d’acteurs non bancaires (et non régulés ?) dans le secteur : les GAFAMS, nouveaux concurrents de demain

Sophie Nerbonne, Directrice de la conformité, CNIL
Xavier Lofficial, Directeur de la transformation, processus et systèmes d’information, SOCIETE GENERALE
Etienne Bourdon, Chief digital officer, APRIL
Philippe Deniau, Associé, NOVAMINDS

17h50 Le big data au service du business : repenser vos offres commerciales, votre marketing et relation clients

Benchmark des meilleures applications et des projets innovants et pionniers

  • Adaptation des offres, personnalisation du parcours client, expérience client (UX), fidélisation… quelles opportunités commerciales tirer de la valorisation des données ?
  • Marketing prédictif : comment développer la capacité prédictive pour devancer les besoins des clients ?
  • Premières expérimentations en matière d’utilisation d’objets connectés et de « quantified self »
  • Open Data : comment mutualiser les données et proposer de nouveaux services ?
  • Le conseil automatisé, avenir de la finance ?
  • Quel coût de la mise en place d’outils de big data pour quel ROI ?

Delphine Asseraf, Directrice digital, ALLIANZ France
Sophie Debon, Directeur du développement banque de détail, CAISSE D’EPARGNE RHONE ALPES
Léonard de Tilly, CEO, Co-fondateur, FUNDSHOP - plate-forme d’aide à la gestion d’épargne pour particuliers (robo-adviser)
Eric Wohleber, Managing director, Directeur France, BLACKROCK

18h40 Quelle exploitation du big data pour la modélisation des risques et la lutte contre la fraude ?

  • Bénéfices du big data en matière de KYC et compliance
  • Où en est-on de l’utilisation du big data en termes de prévention et gestion de la fraude ?
  • Modélisation des risques de catastrophe naturelles, risques climatiques et risques santé : quelles perspectives pour l’Assurance ?
  • La consolidation des indicateurs de risques pour une vision agrégée en temps réel : application en matière de maîtrise de la liquidité et de gestion des limites de risques en intraday en salle des marchés

Hervé Bonazzi, CEO, SCALED RISK
Didier Calvar, Directeur de l'exploitation et des technologies, CREDIT MUTUEL ARKEA
Hicham Badreddine, Directeur digital, MALAKOFF MEDERIC
Arnaud Rolland, Senior manager, CGI BUSINESS CONSULTING

Partenaires

  • CGI
    CGI
    CGI
    Fondé en 1976, Groupe CGI inc. est la cinquième plus importante entreprise indépendante de services en technologies de l’information et en gestion des processus d’affaires au monde. Grâce à ses quelque 68 000 professionnels, CGI offre un portefeuille complet de services, y compris des services-conseils stratégiques en informatique et en management, des services d’intégration de systèmes, de développement et de maintenance d’applications informatiques, de gestion d’infrastructures technologiques ainsi qu’une vaste gamme de solutions exclusives à des milliers de clients à l’échelle mondiale à partir de ses bureaux et centres mondiaux de prestation de services dans les Amériques, en Europe et en Asie-Pacifique.
  • NOVAMINDS
    NOVAMINDS
    NOVAMINDS
    Cabinet de conseil agile et innovant, NOVAMINDS développe ses expertises autour de trois enjeux clés au centre des mutations actuelles : la gestion et la valorisation de la donnée, la conformité, le contrôle et la sécurité, le pilotage de la performance et des risques. Fondé par Philippe Deniau et Nicolas Vetriak, anciens associés ou dirigeants dans des organisations de premier plan (Crédit Agricole, PwC, UBS, R2M-Partners, Deloitte, Goldman Sachs), NOVAMINDS accompagne les transformations de ses clients et leur positionnement en leader de confiance.
  • SCALED RISK
    SCALED RISK
    SCALED RISK
    Scaled Risk est spécialiste des solutions Big Data transactionnelles et temps réel pour les institutions financières. Scaled Risk développe, commercialise et supporte une gamme de progiciels de nouvelle génération, fondée sur l'utilisation des technologies Big Data, qui couvre tous les cas d'application du Risk Management et des Front Offices, du calcul de position et des Trade Analytics en temps réel, à la détection de fraudes. Les solutions temps-réel, flexibles, performantes, fiables, et à coût maîtrisé de Scaled Risk répondent aux nouveaux enjeux de digitalisation des institutions financières, de traitement intelligent de leurs données, et d’amélioration de la gestion du risque et de la conformité.

Vidéos

Le régulateur financier mise sur les technologies du big data pour surveiller les banque
Le régulateur financier mise sur les technologies du big data pour surveiller les banque

Hervé Bonazzi - Président de Scaled Risk

Après 2008, les régulateurs ont poussé les institutions financières à moderniser leurs systèmes d’information pour remplir les nouvelles exigences d’analyse du risque et de reporting de données en grandes quantités. Avec le risque de logiciels tricheurs comme l’a montré l’affaire Volkswagen.

Le régulateur financier mise sur les technologies du big data pour surveiller les banque

Hervé Bonazzi - Président de Scaled Risk Après 2008, les régulateurs ont poussé les institutions financières à moderniser leurs systèmes d’information pour remplir les nouvelles exigences d’analyse du risque et de reporting de données en grandes quantités. Avec le risque de logiciels tricheurs comme l’a montré l’affaire Volkswagen.
Les réseaux sociaux offrent une extension illimitée à l’essor du Big Data
Les réseaux sociaux offrent une extension illimitée à l’essor du Big Data

Arnaud Rolland - Senior manager - CGI business consulting

Les nouvelles technologies permettent aux entreprises de capter sur internet et les réseaux sociaux des données à valeur ajoutée commerciales sur leurs clients. Croisées avec celles déjà recueillies directement auprès d’eux, elles rendent possibles des suggestions d’achats individualisées.

Les réseaux sociaux offrent une extension illimitée à l’essor du Big Data

Arnaud Rolland - Senior manager - CGI business consulting Les nouvelles technologies permettent aux entreprises de capter sur internet et les réseaux sociaux des données à valeur ajoutée commerciales sur leurs clients. Croisées avec celles déjà recueillies directement auprès d’eux, elles rendent possibles des suggestions d’achats individualisées.
La guerre entre les Fintech et les institutions financières traditionnelles aura-t-elle lieu?
La guerre entre les Fintech et les institutions financières traditionnelles aura-t-elle lieu?

Léonard de Tilly - Président co-fondateur - Fundshop

Selon les segments de clientèle, les algorithmes de gestion d’épargne doivent être considérés comme un appui au rôle des conseillers humains, non comme un concurrent.

La guerre entre les Fintech et les institutions financières traditionnelles aura-t-elle lieu?

Léonard de Tilly - Président co-fondateur - Fundshop Selon les segments de clientèle, les algorithmes de gestion d’épargne doivent être considérés comme un appui au rôle des conseillers humains, non comme un concurrent.
La future règle de protection des données numériques pose la question de la concurrence
La future règle de protection des données numériques pose la question de la concurrence

Sophie Nerbonne - Directrice de la conformité - Cnil

Ce règlement uniforme, qui encadrera l’essor du numérique dans la vie économique et notamment l’utilisation massive des données (big data), doit être adopté par le Parlement européen d’ici à la fin 2015.

La future règle de protection des données numériques pose la question de la concurrence

Sophie Nerbonne - Directrice de la conformité - Cnil Ce règlement uniforme, qui encadrera l’essor du numérique dans la vie économique et notamment l’utilisation massive des données (big data), doit être adopté par le Parlement européen d’ici à la fin 2015.
Repenser la société pour limiter la casse sociale provoquée par la révolution numérique
Repenser la société pour limiter la casse sociale provoquée par la révolution numérique

Gilles Babinet - Entrepreneur, auteur de livres sur le digital

L’essor du digital va créer des gains de productivité bénéfiques, mais il va aussi malmener les classes moyennes en détruisant les emplois intermédiaires en faveur des emplois très qualifiés et de ceux qui ne le seront pas.

Repenser la société pour limiter la casse sociale provoquée par la révolution numérique

Gilles Babinet - Entrepreneur, auteur de livres sur le digital L’essor du digital va créer des gains de productivité bénéfiques, mais il va aussi malmener les classes moyennes en détruisant les emplois intermédiaires en faveur des emplois très qualifiés et de ceux qui ne le seront pas.