Dossier

Emploi dans la finance: les gagnants et les perdants

Emploi dans la finance: les gagnants et les perdants

Les grandes banques mondiales auraient supprimé environ un demi-million de postes entre 2008 et début 2015, selon l'agence de presse Bloomberg. Et les nouveaux plans annoncés en 2015 devraient porter ce total à environ 600.000 d'ici à 2018.

La crise de 2007-2008 et le durcissement de la régulation ont amené les institutions financières et bancaires à reconsidérer leur périmètre d'activité et par voie de conséquence leurs effectifs.

Si les effectifs globaux se sont contractés dans la banque, quelques signes plus encourageants se manifestés dans certanies activités financières à partir de 2013. Par exemple, les métiers de la gestion de patrimoine connaissent un regain d'intérêt en 2014, surtout pour les commerciaux. Ceux le la banque privée et de la gestion d'actifs sont confrontés à une nouvelle définition de leur modèle de rémunération.

Le métier d’actuaire demeure un métier anti crise. Parmi les effectifs de la banque, la part des responsables dédiés à l'informatique, l'organisation ou la qualité a plutôt augmenté en 2015.