La parole à... Maud Vimeux, DRH de La Banque Postale

« Nous voulons dépasser la barre des 90 points l’an prochain »

le 07/11/2019 L'AGEFI Hebdo

« Nous voulons dépasser la barre des 90 points l’an prochain »
(Adobe stock)

 Maud Vimeux, DRH de La Banque Postale

Par où votre index pèche-t-il ?

Nous avons perdu quelques points sur l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes. Il est de 4 % à postes équivalents et s’explique notamment par des différences d’âge. Nous avons en revanche obtenu le score maximum sur les augmentations individuelles, pour lesquelles nous avons une enveloppe de rattrapage dédiée, ainsi que sur les promotions qui, à 55 %, concernent des femmes. Mais les revalorisations de salaire au retour de congé maternité n’étaient pas systématiquement appliquées – 12 collaboratrices ont été concernées en 2018. Et nous n’avons obtenu que 5 points sur 10 sur l’indicateur des dix plus hautes rémunérations, où figurent trois femmes.

Comment comptez-vous corriger le tir ?

Nous avons l’ambition de dépasser, l’année prochaine, la barre des 90 points. Nous sommes en train d’appliquer une rétroactivité des revalorisations salariales au retour de congé maternité jusqu’en 2016, date de notre premier accord sur l’égalité professionnelle. Il nous faudrait aussi davantage de parité dans les organes de gouvernance, mais notre mode d’organisation est encore très masculin. D’où l’idée d’un programme sur les barrières culturelles. Nous avons créé un réseau d’hommes et de femmes pour réfléchir à ces sujets. Nous veillerons à ce qu’il y ait toujours une femme dans nos « short lists » de candidats, avec une attention particulière sur les postes à responsabilité. Et nous allons lancer un programme de développement de futures femmes dirigeantes, formation et mentoring à l’appui.

A lire aussi