L’avis de Nicolas Kalmanovitz, consultant en organisation et senior manager chez Octo Technologies / Accenture

« Les acteurs de la banque-assurance se posent une question fondamentale sur leur capacité à être des organisations apprenantes »

le 03/10/2019 L'AGEFI Hebdo

Nicolas Kalmanovitz, consultant en organisation et senior manager chez Octo Technology / Accenture

Avec la méthode agile qui prône la hiérarchie plate et l’autonomie des équipes, comment les managers peuvent-ils donner du sens à leur rôle ?

Les managers ont de la valeur à apporter ! Pour gagner en autonomie, les équipes ont besoin d’un cadre protégé et d’objectifs clairs qui font sens pour elles dès le départ, puis d’être accompagnées afin de faire des choix pertinents. D’autre part, lorsqu’on veut accroître la transversalité dans une entreprise, il faut développer les compétences de tout le monde, et pour cela, il faut un mentor, une personne légitime qui apprend aux autres en leur fournissant régulièrement des feedbacks, en montrant que le droit à l’erreur est réel, et pas seulement une croyance.

Les acteurs de la banque-assurance ne sont-ils pas en retard sur ces nouveaux modèles d’organisation ?

Pas vraiment, ou en tout cas ils rattrapent ce retard. On voit en effet que beaucoup d’entreprises de ce secteur s’organisent désormais en écosystème pluridisciplinaires et non plus en silos, et qu’elles souhaitent remplacer la relation client-fournisseur qui a longtemps dominé dans les rapports entre les métiers et l’IT par de la collaboration et de la co-création. Elles font aussi un effort pour se poser une question fondamentale sur leur capacité à être des organisations apprenantes, ce qui, compte tenu de leur taille, comporte des enjeux RH très importants liés à la formation, à l’évolution des métiers dans le futur, à la gestion des cadres seniors, à la culture d’entreprise…

A lire aussi