La parole à… Anne-Laurence Roucher, directrice générale déléguée de Mirova, en charge du développement

« Nous privilégions une première expérience dans le développement durable »

le 06/12/2018 L'AGEFI Hebdo

Anne-Laurence Roucher, directrice générale déléguée de Mirova, en charge du développement

Que fait Mirova ?

Mirova est l’affilié de Natixis IM à l’investissement responsable à fort impact et compte une centaine de collaborateurs à Paris, Londres, Boston et Luxembourg. En cinq ans, nos actifs sous gestion sont passés de 3,6 milliards à près de 11 milliards d’euros.

Quelle politique de recrutement avez-vous mis en place pour accompagner la croissance de votre activité ISR ?

Nous recrutons tous les ans entre 5 et 7 nouveaux collaborateurs. Aujourd’hui, notre pôle d’analyse ESG comprend 12 analystes, avec des profils qui ne sont pas tous financiers. Nous privilégions en effet des candidats ayant une première expérience dans le développement durable. Nous avons ainsi recruté des ingénieurs qui travaillaient comme consultant en développement durable dans des cabinets de conseil, des experts d’agences de notation extra-financières comme MSCI ou Vigeo... Et comme nous attachons de plus en plus d’importance à la dimension technique, nous avons aussi embauché des ingénieurs spécialisés dans la chimie ou l’agro-écologie afin de renforcer notre expertise sectorielle sur tous les piliers de l’ESG.

Quelles qualités recherchez-vous chez un analyste ESG ?

Il doit être capable d’utiliser les différentes sources d’information à sa disposition pour conduire une analyse fondamentale et qualitative étayée. Et même si nous ne lui demandons pas d’être un expert de l’analyse financière, il lui faut aussi bien connaître les enjeux financiers pour travailler en bonne intelligence avec les gérants. Il doit enfin comprendre les particularités des secteurs sur lesquels il est amené à intervenir, posséder un esprit de synthèse et de réelles qualités rédactionnelles, car nos analystes ESG ont à rédiger des rapports dans le cadre de notre recherche.

A lire aussi