La parole à... Vincent Picard, associé au cabinet de recrutement Fed Finance

« Le marché de l’emploi est plutôt favorable aux candidats »

le 16/11/2017 L'AGEFI Hebdo

Vincent Picard, associé au cabinet de recrutement Fed Finance

Comment expliquez-vous cette tendance aux « jobmeetings », « afterworks »... dans la banque et l’assurance ?

Aujourd’hui, pour les entreprises de la banque et de l’assurance, le marché de l’emploi est plutôt favorable aux candidats. Cela signifie qu’il y a une chasse aux talents, notamment commerciaux. Dans ce contexte, l’enjeu pour les recruteurs est l’attractivité, mais surtout l’attractivité auprès de la cible qu’ils recherchent. Ces événements permettent d’atteindre ce double objectif : le côté convivial et décontracté attire des candidats, avec, parmi eux, des professionnels expérimentés déjà en poste qui ne sont pas forcément en recherche d’emploi active.

Peut-on imaginer à l’avenir une « digitalisation » totale des processus de recrutement ?

Certainement pas ! Les entretiens en face-à-face entre candidats et recruteurs ont encore de beaux jours devant eux. Pour une raison simple : si la technologie amène beaucoup de simplification, de rapidité et d’agilité dans les politiques de recrutement, elle ne peut pas, pour l’heure en tout cas, se substituer au niveau de finesse d’une personne humaine pour l’évaluation d’un candidat. Et cela est particulièrement vrai pour les métiers de la banque-assurance qui sont des métiers relationnels et/ou techniques, pour lesquels les recruteurs ont besoin d’évaluer toute une série de compétences et de qualités. Mais cela pourra évoluer. Beaucoup de recherches sont effectuées en ce moment sur l’intelligence artificielle et son application dans l’univers du recrutement, et les grandes entreprises sont souvent parties prenantes dans les projets…

Sur le même sujet

A lire aussi