Rencontre avec... Michel Baroni, directeur du master in finance de l’Essec

« On sent monter une forme d’inquiétude chez nos étudiants »

le 04/05/2017 L'AGEFI Hebdo

 Le Brexit a-t-il eu un impact sur les recherches de stages de vos étudiants cette année ?

Pas du tout, en tout cas pour le moment. Comme tous les ans, 80 % des étudiants du master in finance ont postulé aux « summers » à Londres, et 25 % ont atteint leur objectif. D’après les recruteurs, il ne devrait pas y avoir non plus d’impact sur leurs campagnes de recrutement qui seront lancées en septembre 2017. Cela étant, nous sentons monter chez nos étudiants une forme d’inquiétude car personne ne sait aujourd’hui comment les choses vont évoluer, notamment en cas de Brexit « dur ». Si les banques de la City n’ont plus la possibilité de traiter en euros, il y a fort à parier qu’elles délocaliseront une partie de leurs activités, ce qui fera perdre à Londres des postes et une partie de son attractivité.

Quelles sont les places financières susceptibles d’accueillir ces relocalisations ?

Pour avoir discuté avec des DRH de grandes banques, quatre places semblent se détacher : Francfort, pour sa proximité avec la Banque centrale européenne, Amsterdam, pour ses activités de trading déjà bien développées, Paris, parce qu’il y a beaucoup de Français dans les salles de marché à Londres, qui pousseront certainement dans ce sens, et Dublin qui semble prête à faire des concessions légales ou fiscales pour être attractive.

A lire aussi