Dossier Bonus

RISQUES Le bonus retrouve des couleurs

le 29/04/2010 L'AGEFI Hebdo

Les risk managers sont-ils les grands gagnants de la crise ? Professionnels très courtisés aussi depuis l’affaire Kerviel, leurs rémunérations (fixe et bonus) ont profité de la volonté des banques de financement d’investissement (BFI) de renforcer leurs fonctions risques. « Dans un environnement financier de plus en plus régulé, ces fonctions supports ont connu ces dernières années un essor sans précédent, notamment les activités de risque et de contrôle, avec en corollaire une progression significative de leurs rémunérations », confirme Denis Marcadet, président de Vendôme Associés. Les mieux servis sont les spécialistes des risques de marchés au profil expérimenté (recherchés mais rares). « Leur salaire de base fixe poursuit sa progression et peut sans difficulté dépasser les 130.000-150.000  euros, signale Denis Marcadet, en précisant que « les hausses constatées restent toutefois sans commune mesure avec celles, à profil équivalent, enregistrées sur les places financières anglo-saxonnes concurrentes ». Quant aux bonus, ils affichent une certaine interdépendance avec ceux versés à leurs collègues du front-office (dont ils sont d’ailleurs de plus en plus issus), ce qui peut permettre jusqu’à un doublement de leur salaire de base. Après avoir accusé en 2009 une baisse moyenne de 15 %, les bonus des « as » des risques retrouvent des couleurs. Un risk manager sur les risques de marchés percevait l’an dernier au mieux un bonus global (cash et différé) de 60.000 euros tandis qu’en 2010, le haut de la fourchette du bonus global se situe, sur ce profil, à 100.000 euros.

A lire aussi