Dossier Bonus

CAPITAL-INVESTISSEMENT Des politiques discrétionnaires

le 29/04/2010 L'AGEFI Hebdo

Durement touchés par la crise en 2008, les spécialistes du capital-investissement avaient accusé le coup l’an dernier, avec des bonus en recul de 5 % à 20 %. Pour l'exercice 2009, le contexte est meilleur puisque, de façon générale, les bonus n’ont pas baissé. Ou presque : « Comme pour l’exercice 2008, on a vu quelques fonds appliquer une politique de zéro bonus cette année, précise Sophie Wigniolle, directrice générale d’Eric Salmon & Partners. Par ailleurs, les bonus ont souvent été attribués de façon plus discrétionnaire au sein d’une même équipe. » A noter également, la moindre volatilité des rémunérations variables dans ce métier (qui n’est pas visé par les nouvelles règles sur les bonus), où les salaires des équipes de gestion sont couverts par les commissions de gestion assises sur les montants de fonds sous gestion, donc avec une relative stabilité sur une période de sept ans. D’ici là, si le marché reprend de façon marquée en 2010, ces financiers percevront de confortables bonus l’année prochaine. « Depuis le début de l’année, l’activité redémarre un peu dans ce secteur ; si les transactions reprennent de façon marquée en 2010, les bonus versés en 2011 devraient être plus élevés, de même que les flux au titre des 'carried interests'* si les cessions de participation reprennent », estime Sophie Wigniolle.Concernant le carried interest, leur valeur ayant considérablement baissé, les managers de fonds doivent faire face à une espérance de gain très mince. « Il n’y a pas d’ajustement possible puisque les accords sont figés dans le règlement du fonds sur une période de sept ans minimum, rappelle Sophie Wigniolle. En l’absence de sorties, les flux liés au 'carried interest' et surtout aux co-investissements ont dû fortement diminuer en 2009. » 

*Forme d’intéressement dont bénéficient les gérants sur la plus-value dégagée - en général 20 % - par leur fonds d’investissement

A lire aussi