Rencontre avec… Brigitte Cachon, coprésidente de Financi’Elles

« Attention à la paroi de verre qui cantonne les femmes à certaines fonctions »

le 10/03/2016 L'AGEFI Hebdo

 « Attention à la paroi de verre qui cantonne les femmes à certaines fonctions »

 L’indice de féminisation de la gouvernance du secteur financier que vous venez de créer atteint 14 % dans les comités exécutifs et de direction. Pourquoi si peu ?

On voit une évolution chez les acteurs de la finance, très souvent portée par les directions générales, et une volonté de faire bouger les lignes au plus haut niveau de l’entreprise. Mais il est vrai que des « comex » et des « codir » encore masculins à 86 %, ce n’est pas satisfaisant ! De façon générale, il y a plusieurs éléments sur lesquels il faut continuer à travailler : favoriser la création de viviers de talents féminins, faire émerger des « role models » (modèles de référence) qui s’expriment et sont visibles, car il est très important de se projeter dans les carrières d’autres personnes, et aussi inciter les femmes à se mettre en avant. Les hommes manifestent facilement leurs ambitions alors que les femmes le font moins, c’est malheureusement toujours vrai… En 2016, nous lançons la troisième édition du Baromètre Financielles « confiance et mixité » qui interroge tous les hommes et femmes cadres de nos membres, soit plus de 90.000 cadres de la finance, donc nous identifierons sûrement des tendances nouvelles.

Les femmes parviennent-elles à accéder à la tête de lignes métiers dans la finance ?

C’est un point sur lequel les institutions financières doivent poursuivre leurs efforts car elles sont encore rares à diriger des unités opérationnelles. C’est ce que j’appelle « la paroi de verre », c’est-à-dire qu’il y a des stéréotypes qui cantonnet les femmes à certains rôles, ou certaines fonctions au sein des entreprises. Parfois, les femmes ont des stéréotypes sur elles-mêmes et il faut en sortir ! Ce qui compte, ce sont les compétences, les aptitudes, la motivation et l’énergie qu’un individu pourra consacrer au développement d’une activité opérationnelle. Je ne crois pas vraiment au côté « féminin » de certaines compétences.

Sur le même sujet

A lire aussi